30 passionnés en ligne
Chronique
Zoom sur... le prix d'une place de concert
Paru le 11/03/2017 (mis à jour à 11:07:39)
Création originale Pôle Culture - Tous droits réservés.

Que paie-t-on lorsqu'on achète une place de concert ? Dans cette nouvelle chronique, vous allez enfin découvrir ce qui se cache derrière le prix des tickets de vos artistes préférés !

Le prix d'une place de concert a augmenté de 14% depuis 2006, principalement à cause de l'effondrement du marché du disque, qui engendre des pertes financières conséquentes. Depuis 2005, les recettes de billetterie ont doublé, pour atteindre 746 millions d'euros en 2014, selon le CNV (Centre National des Variétés et du Jazz). En 2009, les courbes se sont croisées, les recettes des concerts dépassant celles des ventes de disques. Une évolution assez logique : les concerts ont permis de récupérer les recettes perdues suite au piratage.

  • Les compteurs s'affolent

Les concerts représentent aujourd’hui près de 70% des recettes d’un artiste. Parmi les plus chers en France, le recordman est Elton John à l'Olympia (249 euros), suivi par Céline Dion à Bercy (177 à 205 euros) et Michel Polnareff (145 euros). Certes, ces trois artistes ne sont pas les premiers sur la liste des adolescents, grands consommateurs de live, mais une moyenne de tarif est établie entre 50 et 90 €… Des prix jugés souvent indécents pour bon nombre de portefeuilles.

  • La salle et la rareté de l'artiste

Il faut ensuite inclure le loyer de la salle. Par exemple, l'Olympia se loue 10 euros par fauteuil. Le loyer des Zénith ou de Bercy est, lui, proportionnel, aux recettes (12% à 15%). Ensuite, les taxes et assurances, qui représentent 15% à 20% du prix, notamment la TVA (5,5%), Sacem (8,36%), taxe versée au CNV (3,5%)...  A cela s'ajoute les musiciens, les techniciens, le matériel, mais aussi la sécurité, dont le coût a grimpé depuis les attentats du 13 novembre 2015. Il faut également payer le cachet des artistes : la rareté de l’artiste (par exemple Mylène Farmer facture des places à plus de 100 € mais ne monte sur scène qu’une fois tous les cinq ans en moyenne), sa réputation (plus c’est connu, plus c’est cher !), la prestation scénique (danseurs, décors, invités etc.).

  • Les frais techniques

Ensuite, il faut répartir l’argent généré par la vente des places. Les salles parisiennes de petite capacité proposent des représentations à un prix moyen de 25 €. Le prix du billet permet de couvrir 77% des frais engagés inhérents à l’organisation, dont 39% de frais techniques, 17% de communication et 20% de taxes et assurances. Les salles de moyenne à grande capacité proposent des représentations à un prix moyen de 35 €. Le prix du billet couvre 88% des frais engagés, dont 51% de frais techniques et 20% de frais artistiques. Pour un prix moyen du billet à 65 €, 99% des frais engagés sont couverts, dont 51% de frais techniques. La communication ne représente que 5% des frais engagés, en raison de la notoriété des artistes présentés.

Vous avez la parole

Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Sonia Lacen
| Musique
3229j | 4 | 3437
Christophe Willem
| Musique
939j | 1 | 1845
Jorrar
| Musique
1127j | 0 | 1109
Romain Ughetto
| Musique
738j | 0 | 1385
Zaho
| Musique
1670j | 0 | 5094

Page générée en 1.235 secondes.