17 passionnés en ligne
Critique
"20th Century Women" : ce que valent les femmes
Paru le 06/03/2017 (mis à jour à 18:49:19)
Note rédaction
Note internautes

Ce film réalisé par Mike Mills, un homme qui n'était qu'un adolescent d'à peine 13 ans à l'époque où se déroule l'action, est pourtant une ode à la féminité et à la femme de tout âge dans une Amérique plus profonde qu'elle en avait l'air, dans le bon sens du terme.

Santa Barbara, Californie, Etats-Unis, 1979. Dorothea (Annette Benning) est une femme de 55 ans qui vit seule dans une grande maison avec son fils, Jamie (Lucas Jade Zumann), âgé de 15 ans, et en colocation avec Abbie (Greta Gerwig), une jeune femme de 24 ans un peu rebelle à l'âme d'artiste, et William (Billy Crudup), un homme divorcé dans la quarantaine qui revient d'un univers un peu hippie dont il a fini par se lasser. A tout ce petit monde s'ajoute Julie (Elle Fanning), leur voisine adolescente de 17 ans déjà très libérée sexuellement, qui vient presque tous les soirs dans la chambre de Jamie pour discuter, et étonnamment rien d'autre.

Son fils devenant de plus en plus indépendant et se transformant petit à petit en homme, Dorothea commence à se rendre compte que leur relation, pourtant fusionnelle depuis toujours, s'étiole de plus en plus. Pour mieux comprendre qui il est en train de devenir dans cette génération qui n'a plus rien à voir avec ce qu'elle a vécu, elle demande l'aide d'Abbie et de Julie afin d'en faire un homme bien. Dans un époque très féministe, cela signifie lui montrer des choses qu'il est, selon elles, en droit et en âge de savoir, mais qui ne sont pas forcément du goût de sa mère. Toujours en quête d'une certaine affirmation de soi, Jamie se laisse guider par tous leurs conseils mais voudrait avant tout qu'on le laisse être lui-même.

Car à ce moment-là, un premier paradoxe se pose dans le sens où Jamie ne comprend pas vraiment non plus sa mère, qui l'impressionne et reste une énigme pour lui. Elle qui avait vécu tellement de choses avant sa naissance, dont une guerre mondiale durant laquelle elle avait elle-même entre 15 et 20 ans, il se demande sans cesse qui elle est vraiment, malgré tout l'amour qu'il peut lui porter. C'est intéressant car, au-delà d'une opposition générationnelle qui existe de plus en plus de nos jours, on réalise que ce sont des sentiments intemporels. Qui ne s'est pas demandé un jour ce qu'avaient vécu ses parents avant lui ou ce que pensait réellement son enfant de 15 ans​ ? Qui a osé poser des questions, quitte à apprendre des choses qu'on ne voulait pas connaître ? On oublie souvent que nos parents ont été des adolescents, de même qu'une fois parents, on a tendance à oublier qu'on a été tout aussi avides de liberté que l'est Jamie.

Tout en décrivant un phénomène encore actuel, le plus important dans ce film reste pourtant l'époque. Comme on l'a dit, le réalisateur, Mike Mills, n'avait que 13 ans en 1979, et ce n'est donc pas pour rien qu'il a choisi de dépeindre la vie d'un jeune homme de 15 ans, puisque cette histoire est en partie autobiographique. En effet, sa mère est réellement née dans les années 20 et l'a sans doute vraiment eu vers l'âge de 40 ans, ce qui n'était pas si courant en ces temps-là et qui crée alors un vrai conflit de générations. En outre, l’insouciance des années 70 contraste vraiment avec les décennies qui suivront et apporteront leur lot de tragédies, de maladies liberticides, de nouvelles technologies et autres inventions qui, en dépit du progrès incontestable qu'elles ont apporté, ont parfois également divisé les populations au lieu de les rassembler. Tout cela nous a rendus bien plus méfiants envers les autres et fait de cette ère de la liberté une espèce d'ovni relationnel pour toutes les personnes nées après 1980.

L'innocence fait également partie des thèmes principaux, dans le sens où on sent très vite que la période était moins perturbée qu'aujourd'hui, mais que c'est aussi ce qui fait vibrer l'âme de chaque personnage, le tout avec le début des questions existentielles sur la vie, avec par exemple des risques de grossesses non désirées, la mort, avec la maladie, ou encore le sens réel de l'amour au travers du sexe, et inversement. Une période d'innocence, donc, mais que l'on perd assez rapidement, et Jamie n'est pas en reste, puisqu'il assiste à tout cela. Sa mère insiste même pour qu'il soutienne Abbie, en rémission d'un cancer, lors d'une visite médicale afin de renforcer sa vision de la vie et de ne pas le laisser planer dans cette candeur qui est pourtant bien de son âge. A la différence d'aujourd'hui, l'époque n'est pas vraiment à la culpabilisation générale, y compris celle de la cigarette, légale ou non, qui tourne à plein régime.

Dans son précédent film, Beginners, sorti en 2011 et avec à l'affiche Ewan McGregor, Mélanie Laurent ou encore Christopher Plummer, qui a même reçu l'Oscar du meilleur second rôle, Mike Mills nous parlait de son père. Il s'attaque ici au mythe que représente pour lui sa mère, à qui Dorothea ressemblerait donc beaucoup. Annette Benning, quant à elle, s'est inspirée de l'aviatrice Amelia Earhart, qui est un peu son héroïne dans le film et qui a changé l'histoire de l'aviation et de la condition féminine dans les années 20 et 30. Elle-même contribue en quelque sorte, à son niveau, à améliorer l'image des femmes, puisqu'elle travaille dans un monde masculin et élève seule un fils qu'elle a en plus eu sur le tard. Elle nous démontre ainsi que sa vie ne dépend pas seulement d'un mari qui travaille pour nourrir de nombreuses petites bouches qu'elle n'aurait pas choisi d'avoir et dont elle serait peut-être obligée de s'occuper à plein temps au lieu de s'épanouir dans sa vie professionnelle si elle n'en avait pas décidé autrement.

Le vrai point positif de ce film réside dans le fait que, malgré une époque révolue, chacun peut se sentir concerné et s'identifier à un personnage suivant ce qu'il a vécu ou sa situation. Les plus âgés se remémoreront ce qu'ils faisaient en ce temps-là, peut-être aussi avec qui, tandis que les plus jeunes se sentiront proches de Jamie, qui reste avant tout un adolescent avec des interrogations et des comportements éternels de son âge. Ils pourront également réaliser à quel point les choses ont changé, en bien ou en mal, depuis presque 40 ans. Tout cela avec des acteurs de talent qui, loin d'en faire une fresque historique, font simplement de cette histoire un moment d'humanité et de féminisme dans un monde qui a bien plus de mal à accepter l'autre tel qu'il est de nos jours.

Il peut être assez difficile pour les plus anciens de réaliser que Lucas Jade Zumann, acteur très prometteur, est né en septembre 2001, autre année charnière pour le monde, qui doit certainement voir l'attentat du 11 septembre comme faisant partie de l'Histoire sans faire partie de sa propre histoire, contrairement à la plupart d'entre nous. Malgré cela, la présence d'autres générations nous permet de comprendre qu'il est normal de ne pas toujours se sentir en adéquation avec celle des autres. Les hommes et les femmes seront différents de tous temps, mais cela ne changera jamais la valeur de chacun. Dans tous les cas, ces femmes font partie de celles qui ont bâti ce que celles d'aujourd'hui possèdent en matière de confiance, de droits et de libertés, et les trois actrices principales nous le rendent à merveille grâce à un talent haut qui leur permet de marcher brillamment dans les traces des unes et des autres.

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Films
Note rédaction
Plus de 20 ans après Delphine 1, Yvan 0 et après le succès mitigé de Bis, sorti en 2015,...
4j | 0 | 296
| Films
Note rédaction
Pour son troisième film, Stéphane Robelin retrouve Pierre Richard, qu'il avait déjà...
16j | 0 | 837
| Films
Note rédaction
A la fin du XVIIIe siècle, Belle s'ennuie dans un petit village isolé en France et elle trouve refuge dans...
26j | 0 | 1122
| Films
Note rédaction
Ce portrait en quatre actes d'une seule et même personne, à savoir une jeune femme en proie à de...
32j | 0 | 832
| Films
Note rédaction
Adepte de scénarios forts mais relativement intimistes, la trop rare Emmanuelle Cuau nous propose ici un film simple...
32j | 0 | 767
| Films
Note rédaction
Ce nouveau film d'animation DreamWorks va certainement plaire aux petits et aux grands grâce à des...
34j | 0 | 711
| Films
Note rédaction
Un nouveau film de Claude Lelouch est toujours un événement, et ce, depuis ses débuts avec notamment...
38j | 0 | 719
| Films
Note rédaction
Ben est victime d'un grave accident terriblement bête et se retrouve tétraplégique...
39j | 0 | 832
| Films
Note rédaction
Miss Sloane, lobbyiste redoutable, s'engage dans une guerre sans merci pour influencer des sénateurs...
40j | 0 | 848
| Films
Note rédaction
Pour son premier long métrage, le Québécois Yan England n'y va pas par quatre chemins et aborde sans...
45j | 0 | 842

A lire également

| Live report
Note rédaction
Tantôt espiègle, tantôt soucieuse, souvent emmerdeuse, Eskelina s'amuse sur scène et offre une...
2j | 0 | 292
| Live report
Note rédaction
Son concert parisien aux Étoiles, Blondino s'en rappellera longtemps ! Quand le bleu décide de broyer du...
2j | 0 | 278
| Live report
Note rédaction
L'anglaise Charlotte OC faisait un passage éclair en France mercredi soir pour son premier concert parisien. Un...
2j | 0 | 218
| Live report
Note rédaction
Muse un jour, muse toujours ! Quand Birkin sort de sa retraite médiatique c'est pour chanter Gainsbourg bien...
2j | 0 | 223
| On a testé
Note rédaction
Le Musée national de l’histoire de l’immigration rend compte d’un siècle (de 1860 à...
2j | 0 | 187
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Koxie
| Musique
3295j | 2 | 979
Siobhan Wilson
| Musique
2460j | 0 | 1262
Kendji Girac
| Musique
939j | 2 | 5103
mAm'Zelle Bip et FrAnck Perrolle
| Musique
2964j | 2 | 1076
Louisy Joseph
| Musique
1775j | 0 | 1394

Page générée en 0.903 secondes.