26 passionnés en ligne
Critique
"Birkin / Gainsbourg, le symphonique" : Birkin en dessous symphochics
Paru le 07/04/2017 (mis à jour à 16:42:07)
Note rédaction
Note internautes

Après des réorchestrations personnelles, puis orientales, la chanteuse reprend les chansons de Serge Gainsbourg, qui rêvait d'art majeur mais se revendiquait artiste-mineur, accompagnée cette fois par un orchestre symphonique. De la dentelle de Calais avec la voix de Jane Birkin sur le fil mais d'une pureté magnifique.

On le sait : la musique classique constituait une source majuscule d’inspiration pour Serge Gainsbourg. Il l’a même déclinée dans quelques-unes de ses chansons : dès 1965, avec Ludwig van Beethoven pour "Poupée de cire, poupée de son" puis en 1969 avec le "Prélude pour piano n°4 en mi mineur" de Chopin sur la chanson "Jane B" puis en 1983 avec Edvard Grieg pour "Lost Song" et la "Symphonie n°3 en fa majeur" de Brahms pour "Baby Alone in Babylone".

Suite à une expérience heureuse en juin dernier aux Francofolies de Montréal avec l’orchestre symphonique de la ville, Jane Birkin décida de revisiter l’univers de ce poète majeur à l’aune de la musique classique avec Philippe Lerichomme, à la direction artistique, et Nobuyuki Nakajima, aux arrangements et au piano. Si nous n’avions aucun doute du trai­te­ment classique de l’œuvre de Gainsbourg, nous aurions pu nourrir toutefois quelques préventions sur la grandiloquence et l’emphase d’un orchestre à la grosse artillerie qui aurait pu engloutir la voix si fragile de Jane Birkin. Mais, disons-le d’emblée : cet album est un enchantement permanent de bout en bout. De la dentelle de Calais, du point d’Alençon.

De "Lost Song" à la "Javanaise", on se délecte des 21 titres que compte cet opus et cousus au point de croix et à sa mesure par son pianiste Nobuyuki Nakajima et qui ont tous un point commun : la douleur sentimentale de Gainsbourg. La chanteuse navigue à merveille et aisance entre les pleins et les déliés de cette partition conçue à portée de voix avec le sentiment qui court tout au long de l'opus d'un sur-mesure.Tout le talent de Nobuyuki Nakajima a été de placer la voix de Jane Birkin comme si elle était un instrument de l’orchestre. Il lui laisse toujours de l’espace, de la surface, de l’étendue, dégage des plages de piano solo et le chant ne s'égare jamais de l’orchestre. Si l'orchestre déploie sa puissance par des petites pièces musicales en introduction de certaines chansons sous forme opératique ou cinématographique, il se fait d'une agilité simiesque et d’une légèreté d’oiseau dès que la chanteuse se met en voix. Une voix au clair-obscur modulé, douce et fragile, toujours sur le fil et d'une impeccable souplesse comme touchée par la grâce avec une diction habillée de chair et d'émotion. Jamais en force, Birkin chante à fleur de voix en épousant de délicats ornements de cordes ou de vents.

On se délecte des classiques incontournables ("Amour des feintes", "Les Dessous chics", "Fuir le bonheur"...) dont les fleurs persistent à s'épanouir au jardin du souvenir et font vibrer en contrepoint une prestigieuse fibre nostalgique mais ce sont les titres les moins attendus qui charment le plus et décrochent la mention de l’élégance comme "La Chanson de Prévert", à ­laquelle Jane Birkin donne une belle délicatesse, "La Gadoue", immortalisée par Petula Clark, qu'elle reverdit joyeusement, "Requiem pour un con", subtilement cacophonique ou encore "La Javanaise" écrite pour Juliette Gréco. Enfin, le pic sublime de l’album est lorsqu’elle enfile avec chic le "Pull marine" d'Isabelle Ad­jani. Décidément, depuis près de cinq décennies, Jane Birkin survole, tel un elfe, le répertoire de Serge Gainsbourg sans jamais se prendre les ailes dans les filets du mauvais goût.

Ecoutez cet album grâce à notre partenaire Deezer :

Pour en savoir plus sur Jane Birkin :

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
9j | 0 | 573
| Disques
Note rédaction
Avec Ici et ailleurs, le discret patriarche de la chanson kabyle publie un nouveau chapitre réussi d’une...
31j | 0 | 1017
| Disques
Note rédaction
Dix ans après son dernier album et encerclé par la fervente section du groupe de rock Carré Blanc,...
45j | 0 | 1025
| Disques
Note rédaction
Grâce à son nouveau triple album Le Manifeste Lulu, Damien Saez vient de signer un opus d'une...
57j | 0 | 27032
| Disques
Note rédaction
Ex-metteur en son du Saïan Supa Crew, l’électron libre de la scène française...
85j | 0 | 1057
| Disques
Note rédaction
L'acteur rabelaisien que la Dame en noir aimait à surnommer "l'amant à mille bras" reprend...
85j | 0 | 1121
| Disques
Note rédaction
Fort du succès de son précédent album de duos, le chanteur de variété portugaise Tony...
85j | 0 | 940
| Disques
Note rédaction
Membre recyclé du boys band anglais The Wanted, Nathan Sykes a eu raison de saisir sa chance et de présenter...
121j | 0 | 881
| Disques
Note rédaction
Fait d’urgence et armé de sa prose-combat, Cyril Mokaiesh est de retour avec un troisième album offensif...
125j | 0 | 761
| Disques
Note rédaction
Yves Jamait sort son deuxième album live Je me souviens… Le concert. Une trace en public aux arrangements...
128j | 0 | 403

A lire également

| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
9j | 0 | 573
| Films
Note rédaction
Soyez honnêtes, si un(e) ami(e) vous propre un film coréen (sud-coréen, bien sûr, il est presque...
17j | 0 | 834
| Films
Note rédaction
Bon nombre de films ont évoqué la fuite de gens persécutés durant la Seconde Guerre mondiale,...
20j | 0 | 1096
| Live report
Note rédaction
Elle fut longue l'attente jusqu'à la sortie du nouvel album de China Moses... mais l'attente est...
22j | 0 | 1019
| Films
Note rédaction
Soyons clairs dès le départ : ce film n'est pas un film d'horreur à proprement parler. On...
23j | 0 | 708
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Maxime
| Musique
1922j | 0 | 807
Baptiste Giabiconi
| Musique
1694j | 0 | 1806
Bams
| Musique
1291j | 0 | 1018
Max Boublil
| Humour
2255j | 1 | 1472
Benjamin Paulin
| Musique
1736j | 0 | 886

Page générée en 0.626 secondes.