18 passionnés en ligne
Critique
Jane Birkin : douceur et symphonie enrobent Gainsbourg à la perfection
Paru le 28/04/2017 (mis à jour à 13:11:44)
Note rédaction
Note internautes

Muse un jour, muse toujours ! Quand Birkin sort de sa retraite médiatique c'est pour chanter Gainsbourg bien sûr, en l'emmenant cette fois vers de hautes sphères symphoniques pour un exercice délicat et délicieux.

Qu'elle fut belle cette soirée du 12 avril quand Birkin mit le grand Auditorium de Radio France à ses pieds ! Discrète, délicate, presque effacée au milieu du magistral Orchestre Philharmonique de Radio France, Jane trouve malgré tout une place de choix au milieu de cette vertueuse symphonie. Le chef d'orchestre c'est bien elle. Elle impressionne par la grandeur de son art et la justesse de ses intentions. Quand les notes viennent du cœur elles supplantent toutes les petites erreurs de placement. Ici peu de fautes d'intention tant l'émotion est palpable et la joie de nous faire revivre les années Birkin/Gainsbourg visible sur le visage de la chanteuse. Enchanteresse et divine, Jane se révélera parfaitement à la hauteur de l'exercice. Maîtrisés, précis, méticuleux, chacun des mots employés deviendront lourds de sens, chaque note étant placée avec soin. Ici l'œuvre de Gainsbourg n'est plus qu'un simple projet hommage, il devient une véritable œuvre d'art. Un bijou sonore que Jane porte haut les cœurs de façon impressionnante, comme si les chansons étaient siennes. Le fantôme de Gainsbourg était assurément dans la salle et le grand Serge aurait été fier de voir un tel plateau, comme le confessera la chanteuse aux bords des larmes. Si les fées de la grâce avaient dû se pencher sur un berceau, c'est assurément sur celui de Jane qu'elles se seraient penchées tant la beauté du chant supplante les mots. L'Auditorium se lèvera à plusieurs reprises, de façon exponentielle à mesure que le tour de chant déroulera, témoignant ainsi de son affection éternelle à l'une de nos plus grandes interprètes, dernier témoin d'un patrimoine culturel indémodable. Immanquablement associée à son pygmalion Gainsbourg, Jane n'en demeure pas moins une grande artiste à part entière, l'un ayant autant apporté à l'autre. Ici c'est bien la grande Jane qui tire toute la lumière sur elle, pour un moment d'une pureté rare, pour un moment de live comme il se fait rare d'en vivre.

Initialement commandé par les Francofolies de Montréal, le spectacle "Gainsbourg Symphonique" est ensuite devenu un projet discographique signé sur le label Parlophone en France. Écoulé à plus de 100 000 exemplaires à ce jour, il témoigne de l'affection éternelle qu'entretient le public français pour cette muse insolemment discrète. Habituée des périodes de retraite, Jane Birkin fait ici le pari de profiter pleinement de la couverture médiatique qui lui est offerte. Afin de faire perdurer encore et toujours la mémoire de Serge Gainsbourg, troubadour inoubliable de la chanson française. Quand la mémoire d'une personne est saluée d'une aussi sublime manière, on ne peut qu'être admiratifs des prérogatives engagées et de la beauté de l'hommage ainsi rendu. Après Paris au début du mois, c'est à travers toute l'Europe que Jane ira présenter son spectacle symphonique, accompagnée à chaque fois par la splendeur de l'orchestre local. Elle se produira notamment au Barbican Centre de Londres le 26 septembre 2017, sa terre natale, pour un rendez-vous intime qu'elle espère tant depuis des années. Entre Jane c'est une belle histoire d'amour qui dure, et devant une telle maîtrise de son art, nous sortirons certains de l'aimer jusqu'au bout !

Pour en savoir plus sur Jane Birkin :

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Live report
Note rédaction
Elle fut longue l'attente jusqu'à la sortie du nouvel album de China Moses... mais l'attente est...
21j | 0 | 999
| Live report
Note rédaction
Tantôt espiègle, tantôt soucieuse, souvent emmerdeuse, Eskelina s'amuse sur scène et offre une...
27j | 0 | 1163
| Live report
Note rédaction
Son concert parisien aux Étoiles, Blondino s'en rappellera longtemps ! Quand le bleu décide de broyer du...
27j | 0 | 971
| Live report
Note rédaction
L'anglaise Charlotte OC faisait un passage éclair en France mercredi soir pour son premier concert parisien. Un...
27j | 0 | 834
| Live report
Note rédaction
BANKS était de passage à Paris ce mercredi soir dans le cadre de sa tournée européenne, date...
77j | 0 | 914
| Live report
Note rédaction
Igit, le demi-finaliste de Garou dans le télé-crochet The Voice, continue son chemin et marche loin. Depuis sa...
79j | 0 | 3865
| Live report
Note rédaction
Le groupe de punk a signé son grand retour sur les devants de la scène avec l'album 13 Voices, sorti le 7...
85j | 0 | 1480
| Live report
Note rédaction
En entrant de nouveau dans la lumière treize ans après deux spectacles au long cours (Kabaret et Piaf),...
116j | 0 | 1171
| Live report
Note rédaction
Le spectacle Les idoles de Midi Première qui rendait hommage à cinq artistes disparus (Coluche,...
135j | 0 | 415
| Live report
Note rédaction
Nicolas Peyrac s’offre une escapade acoustique avec une escale parisienne au Théâtre des...
140j | 0 | 2431

A lire également

| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
8j | 0 | 551
| Films
Note rédaction
Soyez honnêtes, si un(e) ami(e) vous propre un film coréen (sud-coréen, bien sûr, il est presque...
16j | 0 | 814
| Films
Note rédaction
Bon nombre de films ont évoqué la fuite de gens persécutés durant la Seconde Guerre mondiale,...
20j | 0 | 1075
| Live report
Note rédaction
Elle fut longue l'attente jusqu'à la sortie du nouvel album de China Moses... mais l'attente est...
21j | 0 | 999
| Films
Note rédaction
Soyons clairs dès le départ : ce film n'est pas un film d'horreur à proprement parler. On...
22j | 0 | 706
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Triste Sire
| Musique
3348j | 0 | 5200
Thomas Fersen
| Musique
3132j | 2 | 1345
Dany Brillant
| Musique
2376j | 0 | 1275
Tom Frager
| Musique
2817j | 2 | 2429
Emma Daumas
| Musique
3130j | 2 | 2454

Page générée en 0.384 secondes.