30 passionnés en ligne
Critique
Lavilliers : 40 ans après, "Pouvoirs" reste au présent du vindicatif
Paru le 21/09/2016 (mis à jour à 00:25:25)
Note rédaction
Note internautes

Presque 40 ans - et une carrière - plus tard, Bernard Lavilliers a décidé de rejouer et ressortir son album Pouvoirs, pour une mini-tournée du 22 septembre au 7 octobre. Un opus aux mots rêches qui sonnent toujours en maux d'époque.

Exception culturelle française, Bernard Lavilliers (70 ans dans quelques jours) construit depuis presque cinquante ans une œuvre à tiroirs et pluridisciplinaire, mettant en déroute n’importe quel modèle de chanteur existant. Faiseur de chansons concernées mais pas moralisatrices, parolier de la dénonciation sociale, des vanités existentialistes, c’est en homme libre que le chanteur au regard bleu aventure et anneau d'oreille à la Corto Maltese trace sa route dans la variété, perpétuellement à l’écoute des malaises de notre temps, s’érigeant en modèle pour tous ceux qui combattent l’oppression avec toujours son esprit frondeur et tranchant, sa rage d’écorché, sa verve d’idéaliste et sa force de combattant, animée de fièvres citoyennes.

Presque 40 ans - et une carrière - plus tard, Bernard Lavilliers a décidé de rejouer et ressortir son album Pouvoirs, pour une mini-tournée du 22 septembre au 7 octobre. Quand il sort en 1979, son album ne connaît pas un grand succès et avait dérouté son public à l'hippodrome de Pantin (il demandait de ne pas applaudir entre les morceaux) d’autant plus que sa tournée précédente T'es vivant...?  avait été dans une tonalité très rock'n'roll. L’époque giscardienne est déjà alors inquiétante et, en observateur désabusé, le parolier fulgurant capte ses indignations sur disque, signant des titres comme "La Peur", "Frères Humains synthétisés", "Frère de la côte", "Sœur de la zone", "Urubus" (les fameux rapaces de la finance internationale), "Bats-toi", "Funkin’ Life"... Ce tirailleur inégalé qui poursuit depuis toujours sa guérilla personnelle à l’écart des lignes de front y dénonce déjà les puissants, les politiques, les financiers, ceux qui jouent sur l'angoisse et les peurs de l’époque incertaine.

Un opus glacé, cinglant comme une claque franche pour l’époque et plus que jamais de notre époque. En effet, force est de constater que rien n'a vraiment changé. La peur est toujours là, comme l’atteste le titre "La Promenade des Anglais", glaçant de prémonitions involontaires… Du coup, notre époque difficile et douloureuse pourrait donner un nouveau souffle à cet album à la plume acerbe et incendiaire où le réalisme visionnaire de Bernard Lavilliers ne dessèche pas avec ce regard affûté, pénétrant, exigeant, concerné et désabusé. Un album avec des mots forts, puissants, vibrants comme des cris d’alarme qui réveillent nos consciences endormies parfois pour ne pas oublier de nous tenir en alerte. Un opus écrit à l’époque au présent du vindicatif et toujours incroyablement d’actualité avec ses couplets aux tranchants du couperet car Bernard Lavilliers qui ne vote toujours pas a une détestation viscérale du pouvoir, des pouvoirs sous toutes leurs formes. Rien que des textes concernés et concernants sur les pouvoirs politiques, économiques, sociaux, les religions qui nous enserrent et nous aliènent. Et, plus encore : du pouvoir de l’impossibilité des femmes à l'exercer.

Autant de chansons lucides et froides, à l'actualité brûlante et désolante, portées par des rythmiques reggae ou funk tendues et écrites à Saint-Malo - la capitale des corsaires- où il a vécu et où Léo Ferré a vécu non loin, dans une maison accessible seulement à marée basse. Tout un symbole. Pouvoirs est aujourd’hui réédité dans une édition remasterisée contenant 3 reprises de l'album par Jeanne Cherhal, Feu! Chatterton et Fishbach.

A noter que Bernard Lavilliers chante aussi, en duo, sur l’une des chansons du nouvel album de Cyril Mokaiesh, "La loi du marché" et sur le prochain album de Frère animal. Il s’agit de la suite d’un concept-album paru en 2008, avec des personnages en proie au monde du travail. Lavilliers y est le père communiste d’un jeune affilié à un parti identitaire.

En tournée à partir du 22 septembre à Tarbes, Mérignac, Nantes, Lille ou encore dans la salle Pleyel à Paris le 7 octobre.

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Disques
Note rédaction
L'ambassadeur français de la bossa-nova s’offre une nouvelle escapade chaloupée avec un nouveau...
17j | 0 | 833
| Disques
Note rédaction
Trois ans après son coup d'éclat en s’aventurant sans aucune anicroche dans le répertoire...
18j | 0 | 809
| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
38j | 0 | 1695
| Disques
Note rédaction
Avec Ici et ailleurs, le discret patriarche de la chanson kabyle publie un nouveau chapitre réussi d’une...
60j | 0 | 1116
| Disques
Note rédaction
Dix ans après son dernier album et encerclé par la fervente section du groupe de rock Carré Blanc,...
75j | 0 | 1223
| Disques
Note rédaction
Après des réorchestrations personnelles, puis orientales, la chanteuse reprend les chansons de Serge...
78j | 0 | 1768
| Disques
Note rédaction
Grâce à son nouveau triple album Le Manifeste Lulu, Damien Saez vient de signer un opus d'une...
87j | 0 | 27652
| Disques
Note rédaction
Ex-metteur en son du Saïan Supa Crew, l’électron libre de la scène française...
115j | 0 | 1213
| Disques
Note rédaction
L'acteur rabelaisien que la Dame en noir aimait à surnommer "l'amant à mille bras" reprend...
115j | 0 | 1250
| Disques
Note rédaction
Fort du succès de son précédent album de duos, le chanteur de variété portugaise Tony...
115j | 0 | 1088

A lire également

| Disques
Note rédaction
L'ambassadeur français de la bossa-nova s’offre une nouvelle escapade chaloupée avec un nouveau...
17j | 0 | 833
| Spectacles
Note rédaction
C'est la belle surprise de cette saison estivale : Le Jardin d'Alphonse, la nouvelle pièce de Didier...
18j | 0 | 992
| Films
Note rédaction
Jack Sparrow se joint au fils Turner et à Carina Smyth pour retrouver le trident de Poséïdon et ainsi...
18j | 0 | 710
| Disques
Note rédaction
Trois ans après son coup d'éclat en s’aventurant sans aucune anicroche dans le répertoire...
18j | 0 | 809
| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
38j | 0 | 1695
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Quentin Mosimann
| Musique
2865j | 7 | 2699
Siobhan Wilson
| Musique
2516j | 0 | 1362
Alexandre Faitrouni
| Théâtre
1426j | 0 | 2641
Isabelle Boulay
| Musique
3398j | 3 | 1325
Allan Théo
| Musique
2476j | 4 | 2264

Page générée en 0.662 secondes.