33 passionnés en ligne
Critique
"Les cahiers de Nijinski" : spectacle troublant au-delà de la raison
Paru le 18/11/2016 (mis à jour à 13:31:33)
Note rédaction
Note internautes

Les mots s’égrènent en une lancinante et poétique litanie. Les phrases s’enchaînent, s’entrecroisent et s’entrechoquent. Le corps se meut, se dédouble et étreint son ombre, sa conscience, son démon intérieur. Être de lumière, virtuose, étoile incandescente, le danseur, aux portes de la folie, livre avec une lucidité flamboyante aux pages blanches de ses cahiers, ses failles, ses regrets, l’essence même de son existence. En s’appropriant les pensées foisonnantes et aliénées de Nijinski, Clément Hervieu-Léger, nous emmène avec intensité et passion au moment où la raison vacille, où l’âme bascule. Dirigé avec sobriété et élégance par Daniel San Pedro, en collaboration avec Brigitte Lefèvre, il conquiert le public, l’entraîne magnifiquement dans les errances d’un esprit enfiévré, embrasé . Un moment hors du temps, hors des normes, un spectacle troublant qui séduit et redonne vie à un précurseur, un génie de la danse.

La lumière blanche, blafarde, du plateau éclaire un plan incliné, blanc, immaculé. Sur cette sorte d’immense vague figée dans l’espace et le temps, une silhouette gracile, délicate, habillée de blanc, semble tenir difficile en équilibre. Elle est comme en suspens. Les gestes légers, les mouvements épurés, Vaslav Nijinski apparaît sous les traits de Clément Hervieu-Léger. Le visage grave, le regard enfiévré, il est comme perdu dans ses pensées. Puis les mots fusent alimentant un flot de paroles, un ruisseau de pensées qui se mélangent et s’enchevêtrent. Le danseur prodige n’a pas 30 ans. Il semble déjà loin de la scène, loin du monde des ballets. Amant d’un mentor terriblement dur et possessif, marié à une femme qu’il n’aime pas et qui le persécute, trahi par son médecin psychiatre, le faune perd pied.

Avec une impressionnante lucidité, il éprouve le besoin viscéral de s’épancher, de conter son histoire, de raconter les blessures de son enfance, ses souffrances, ses errances. En six semaines, possédé par une énergie furieuse, celle du désespoir, du dernier souffle vital, il couvre des cahiers entiers de son écriture vive, poétique et incandescente. La raison l’abandonne, la folie le guette, alors il fixe sur le papier ses ultimes pensées. Sans attrait pour le monde qui l’entoure, il se livre à vif avant de se taire à jamais. Est-il dieu ? Il le croît parfois. En tout cas, il veut en persuader ses proches. Est-il le diable ? c’est possible. Il lui arrive de le penser. Ou est-ce l’autre ? Ce double gris (Jean-Christophe Guerri), tapi le plus souvent dans l’ombre, cet être sombre, un peu terne, qui le suit partout, l’étreint et le repousse. Qui sait ?

Avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité, Daniel San Pedro, en collaboration Brigitte Lefèvre, s’empare des Cahiers de Nijinski, en dévoile la prose magnétique et onirique. En plaçant leur comédien sur une pente glissante, inconfortable, ils ont imaginé une scénographie qui souligne la fragilité de l’être, de la raison de ce danseur prodige. Ainsi, il nous happe, nous entraîne dans les méandres de cet esprit fiévreux qui vacille et qui voit sa conscience petit à petit s’enfuir. Ici la danse est accessoire, superflue. Elle n’est qu’un simple liant au foisonnement d’idées qui habite Vaslav Nijinski.

Pris au piège de l’interprétation vibrante de Clément Hervieu-Léger, on se laisse embarquer au cœur de la folie naissante, de cette âme façonnée, blessée par la cruauté humaine. Doux, emporté, vivant, fébrile, il redonne vie à Nijinski, ce faune incandescent, cette étoile virtuose des ballets russes.  Accompagné de Jean-Christophe Guerri, le comédien se glisse dans l’intimité de l’homme, dans sa fragilité. Il nous captive et nous bouleverse… Un spectacle pur et fascinant à découvrir sans délai.

Les cahiers de Nijinski, mise en scène de Daniel San Pedro et Brigitte LefèvreThéâtre national de danse de ChaillotJusqu’au 24 novembre.

Crédit photos : © François Moreau

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Spectacles
Note rédaction
Fortes de leurs succès depuis près de deux ans, les Coquettes vont partir en goguette à l'Olympia le...
57j | 0 | 863
| Spectacles
Note rédaction
Le cap du deuxième spectacle est toujours une épreuve pour un humoriste, surtout quand il a cartonné...
62j | 0 | 955
| Spectacles
Note rédaction
Après un premier passage dans la capitale et un détour plutôt remarqué au Festival Off...
62j | 0 | 827
| Spectacles
Note rédaction
C'est une débauche de bonne humeur, de folie furieuse, de costumes déjantés et de tubes gay-friendly...
65j | 0 | 1182
| Spectacles
Note rédaction
Mathieu Madénian est actuellement à l'Apollo Théâtre et en tournée dans toute la France...
74j | 0 | 1033
| Spectacles
Note rédaction
Faisant le grand écart entre les musiques de Queen, Michael Jackson ou David Bowie, les nouvelles créations...
78j | 0 | 752
| Spectacles
Note rédaction
C'est au Palais des Congrès de Paris, avant un départ en tournée dans toute la France, que le grand...
78j | 0 | 664
| Spectacles
Note rédaction
Cette comédie douce-amère qui met en scène la cohabitation sous haute tension d’un couple qui ne...
82j | 0 | 1081
| Spectacles
Note rédaction
Encouragé par le succès phénoménal de son film culte sorti en 2004, le réalisateur...
83j | 0 | 860
| Spectacles
Note rédaction
Le comique échappé du Vieux-Port de Marseille est monté à la capitale pour présenter son...
83j | 0 | 2127

A lire également

| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
7j | 0 | 466
| Films
Note rédaction
Soyez honnêtes, si un(e) ami(e) vous propre un film coréen (sud-coréen, bien sûr, il est presque...
14j | 0 | 740
| Films
Note rédaction
Bon nombre de films ont évoqué la fuite de gens persécutés durant la Seconde Guerre mondiale,...
18j | 0 | 1000
| Live report
Note rédaction
Elle fut longue l'attente jusqu'à la sortie du nouvel album de China Moses... mais l'attente est...
19j | 0 | 926
| Films
Note rédaction
Soyons clairs dès le départ : ce film n'est pas un film d'horreur à proprement parler. On...
21j | 0 | 698
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Olivier Dion
| Musique
814j | 0 | 1590
Mademoiselle K
| Musique
855j | 0 | 1542
Michal Kwiatkowski
| Musique
3470j | 9 | 3667
Noëlle Perna
| Humour
1623j | 0 | 2097
Jérôme Van Den Hole
| Musique
2214j | 0 | 1287

Page générée en 1.019 secondes.