36 passionnés en ligne
Critique
"Sous le même toit" : une comédie fraîche au fait de la réalité
Paru le 26/04/2017 (mis à jour à 17:17:19)
Note rédaction
Note internautes

Plus de 20 ans après Delphine 1, Yvan 0 et après le succès mitigé de Bis, sorti en 2015, Dominique Farrugia revient plus fort que jamais à la réalisation avec ce film sous forme d'hommage à ses personnages fétiches. Une histoire très actuelle ancrée dans une drôle de modernité.

Paris, de nos jours. Delphine (Louise Bourgoin) et Yvan (Gilles Lellouche) sont en couple depuis près de 15 ans. Propriétaires d'une belle petite maison à Paris (oui, ça existe) et parents de deux enfants, dont une adolescente, ils se sont installés dans une certaine routine. Comme tous les mois, ils se retrouvent donc dans leur restaurant favori, là où Yvan a demandé sa femme en mariage, là où elle lui a annoncé qu'elle attendait leur premier enfant... et maintenant, là où elle lui annonce son envie de divorcer. Yvan tombe des nues, mais il ne sait pas encore ce qui l'attend, car loin de prendre la nouvelle avec psychologie et de se remettre en question, il préfère partir comme un prince plus très charmant, mais surtout sans un sou et sans un toit.

Ne trouvant aucune aide auprès d'amis dont il n'a pas pris de nouvelles depuis des mois, voire des années, et la maison familiale lui appartenant à hauteur de 20 %, il décide de se réinstaller avec sa future ex-femme pour le soi-disant bien de leurs enfants. Bien évidemment, Delphine y met ses conditions, à commencer par les fameux 20 %, dont Yvan réalise très vite que ça ne représente pas grand-chose d'une salle de bains ou d'un frigo. Obligé de dormir dans la chambre de son fils obsédé par les orques et les enfants forcés de partager une pièce habitée par une adolescente en crise, Delphine réalise que ce n'était vraiment pas l'idée du siècle vu qu'elle n'arrange absolument personne, y compris ses potentielles nouvelles fréquentations masculines. Yvan, quant à lui, prend un plaisir presque malsain à gâcher sa vie tout en continuant de déambuler normalement dans cette maison comme si rien n'avait changé.

Chacun tente alors de vivre sa vie de la façon la plus normale possible tout en obligeant leurs amis à prendre parti, comme Nico (Manu Payet), l'ami aux mille conquêtes d'Yvan que Delphine ne porte de toute façon pas dans son coeur, ou Mélissa (Marilou Berry), la meilleure amie de Delphine avec qui elle travaille comme infirmière dans un hôpital. Dans le même temps, on découvre également les enfants racontant toutes leurs péripéties familiales lors d'un mariage très festif, dont on ignore jusqu'au bout les heureux époux. On imagine même un instant qu'il pourrait s'agir du couple de Delphine et Yvan, mais on n'en dira pas plus. Toujours est-il que ce petit monde semble bien vivre une situation particulière, bien que de plus en plus courante de nos jours.

Justement, la première chose qui surprend, c'est à quel point tout est très moderne et assez bien décrit. De leur vie de couple à leur fille qui feint de ne pas s'en préoccuper et de jouer les adolescentes incomprises, tout est finement analysé et bien vu. Le clin d'oeil au film Delphine 1, Yvan 0 est appréciable, même s'il nous fait bien sentir que le temps a passé. Dans la première version, le couple était interprété par Julie Gayet et Serge Hazanavicius, frère du réalisateur de The Artist. Moins connu que celui-ci, il a tout de même fait une belle carrière internationale lui aussi. Toutefois, il faut bien noter que cette nouvelle version n'est ni un remake ni une suite, simplement une référence et un thème commun qui rappelleront des souvenirs à certains d'entre nous et qui permettra peut-être aux plus jeunes de découvrir les débuts et le talent de Julie Gayet car, non, "presque première dame" n'est pas un métier.

En tout cas, la patte de Dominique Farrugia est toujours là et, fort heureusement, son humour aussi, dans cette réalisation qui est en réalité sa septième dans le genre. A noter qu'il a eu l'idée de ce scénario il y a quelques années, après avoir lu que 60 % des couples séparés vivant à Paris étaient réellement obligés de continuer à vivre ensemble pour des raisons financières compliquées, mais qu'il a préféré se consacrer à Bis d'abord. Il ne devait pas non plus le mettre en scène au départ, puis s'est finalement jeté à l'eau, tout en n'oubliant pas d'y faire une petite apparition remarquée et non sans autodérision, comme il en a l'habitude. Il a également tenu à ce que Lionel Abelanski en fasse de même afin de faire un vrai parallèle avec Delphine 1, Yvan 0, dans lequel ils faisaient tous deux partie du casting.

Pour ce qui est des acteurs principaux, l'idée de Gilles Lellouche lui est apparue assez vite comme évidente, contrairement à Louise Bourgoin, qui ne semblait pas très encline à faire des comédies au vu des films qu'elle acceptait depuis quelques années. Pourtant, c'est avec enthousiasme qu'elle a accepté ce rôle-ci. On imagine qu'il s'agissait avant tout pour elle de faire oublier son image de "miss météo" de Canal+ en débutant sa carrière de comédienne en choisissant des rôles forts et sérieux, à l'image de celui qu'elle tient dans Je suis un soldat, sorti en 2015. Aujourd'hui bien installée dans le paysage cinématographique français, elle peut se permettre de changer de registre, et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela lui réussit. Les enfants, interprétés avec brio par Adèle Castillon et Kolia Abiteboul, ne sont pas en reste dans le succès comique et touchant de ce film.

En outre, afin d'attirer un maximum de public, l'action se déroule effectivement à Paris, mais on n'en a pas forcément l'impression du fait qu'ils vivent dans une rue du 19e arrondissement qui ressemble plus au quartier d'une petite ville de région parisienne qu'à une habitation typique de la capitale. Ce n'est pas plus mal si cela peut permettre au public non citadin de se sentir plus proche de ces personnages et d'éveiller un peu les mentalités sur les clichés concernant Paris autant que ceux sur le couple en général. Car l'objectif se situe bien à ce niveau-là : réaliser que l'idée du mariage a changé dans sa globalité et que la réalité nous force parfois à cohabiter avec quelqu'un dont on ne veut plus dans sa vie car, malgré tout, on y a cru au départ. Avant celui du couple en question, il y a donc un conflit plus profond entre la force de sentiments que l'on veut croire éternels en dépit de la modernité ambiante et une réalité plus morose, qui prend malheureusement souvent bien trop de place de nos jours.

Dans l'ensemble, les répliques sont bien senties, les situations sont plus cocasses les unes que les autres mais pas complètement irréalistes et les personnages se révèlent évidemment imparfaits, mais c'est aussi ce qui les rend attachants et d'autant plus humains, en particulier celui d'Yvan. Gilles Lellouche incarne à merveille ce grand gamin orgueilleux qui croit que tout lui est acquis, et encore plus lorsqu'on lui dit l'inverse. Le genre de personne qui passera volontiers par la fenêtre si on lui ferme la porte au nez. Avec Louise Bourgoin, qui incarne une femme de son temps adepte du contrôle à tout prix, ils se complètent et ne se détestent finalement pas vraiment vu qu'ils ne font preuve d'aucune réelle indifférence l'un envers l'autre, signe que tout n'est pas perdu en dépit d'un certain esprit de compétition partagé avec plus de ferveur que la maison en question. On savoure tout cela avec plaisir et on comprend rapidement que cette maison fait partie intégrante des personnages, comme si le couple formait avec elle une sorte de ménage à trois. Et nous, on a presque envie de faire le mur pour faire partie de cette famille ou de leurs amis.

Pour en savoir plus sur Louise Bourgoin :

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Films
Note rédaction
Jack Sparrow se joint au fils Turner et à Carina Smyth pour retrouver le trident de Poséïdon et ainsi...
17j | 0 | 647
| Films
Note rédaction
Soyez honnêtes, si un(e) ami(e) vous propre un film coréen (sud-coréen, bien sûr, il est presque...
45j | 0 | 1379
| Films
Note rédaction
Bon nombre de films ont évoqué la fuite de gens persécutés durant la Seconde Guerre mondiale,...
49j | 0 | 1401
| Films
Note rédaction
Soyons clairs dès le départ : ce film n'est pas un film d'horreur à proprement parler. On...
51j | 0 | 823
| Films
Note rédaction
"Encore un film sur l'Holocauste ?" "Il y a eu d'autres événements pendant cette...
51j | 0 | 825
| Films
Note rédaction
Cinq ans après un premier passage réussi derrière la caméra avec Paris à tout prix, Reem...
52j | 0 | 829
| Films
Note rédaction
Pour son troisième film, Stéphane Robelin retrouve Pierre Richard, qu'il avait déjà...
70j | 0 | 999
| Films
Note rédaction
A la fin du XVIIIe siècle, Belle s'ennuie dans un petit village isolé en France et elle trouve refuge dans...
80j | 0 | 1393
| Films
Note rédaction
Ce portrait en quatre actes d'une seule et même personne, à savoir une jeune femme en proie à de...
86j | 0 | 1009
| Films
Note rédaction
Adepte de scénarios forts mais relativement intimistes, la trop rare Emmanuelle Cuau nous propose ici un film simple...
86j | 0 | 899

A lire également

| Disques
Note rédaction
L'ambassadeur français de la bossa-nova s’offre une nouvelle escapade chaloupée avec un nouveau...
16j | 0 | 771
| Spectacles
Note rédaction
C'est la belle surprise de cette saison estivale : Le Jardin d'Alphonse, la nouvelle pièce de Didier...
17j | 0 | 894
| Films
Note rédaction
Jack Sparrow se joint au fils Turner et à Carina Smyth pour retrouver le trident de Poséïdon et ainsi...
17j | 0 | 647
| Disques
Note rédaction
Trois ans après son coup d'éclat en s’aventurant sans aucune anicroche dans le répertoire...
17j | 0 | 746
| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
37j | 0 | 1630
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Léa Castel
| Musique
1796j | 1 | 1946
Emilie Simon
| Musique
2832j | 6 | 2308
Sasha
| Musique
514j | 0 | 1425
Tom Frager
| Musique
1389j | 0 | 934
Tricot Machine
| Musique
2929j | 0 | 1328

Page générée en 0.813 secondes.