11 passionnés en ligne
Critique
"Tous en scène" : un agréable moment avec de vraies bêtes de scène
Paru le 29/01/2017 (mis à jour à 13:33:17)
Note rédaction
Note internautes

Les films d'animation sortent généralement à l'époque de Noël, on se demande alors tout d'abord pourquoi celui-ci ne sort que maintenant. Puis, on finit par comprendre que ce n'est pas un dessin animé fait exclusivement pour les petits. En effet, quel que soit notre âge, il y a des éléments que chacun peut apprécier.

Los Angeles, Etats-Unis, de nos jours. Dans cette ville peuplée d'animaux en tous genres, Buster Moon est un koala propriétaire d'un théâtre autrefois très fréquenté mais aujourd'hui en perte de vitesse. Pour ne pas perdre son établissement, il décide d'organiser un casting de chant géant avec à la clé, pour le gagnant, un petit pécule à la hauteur de ses moyens, mais tout ne va pas se passer comme prévu. Entre quiproquos et soucis logistiques, Buster va devoir jongler également avec la réalité du marché du spectacle et l'ego de chacun de ses nouveaux (plus ou moins) petits protégés sélectionnés.

Surpris d'avoir presque trop de candidats à son concours, le petit koala finit par décider de former un groupe avec les quelques élus qui doivent, de leur côté, se défaire de leurs obligations personnelles afin de pouvoir participer aux répétitions du futur show. Ils ignorent évidemment qu'il s'agit peut-être là du dernier spectacle que verra ce vieux théâtre, puisqu'ils imaginent même encore remporter une somme d'argent conséquente. Chacun rêve aussi, d'un point de vue plus personnel, de prouver à sa famille respective pas toujours très encourageante, ou carrément pas au courant de son incroyable talent, qu'il peut réussir dans le domaine de la chanson, apparemment tout aussi impitoyable chez les animaux que chez les êtres humains.

Dans le même temps, le public doit jongler, lui, entre les détails purement réalistes, comme la musique, les problèmes d'argent, le trac paralysant, et les choses purement imaginaires, comme cet univers rempli d'animaux mais qui semble tellement "normal" qu'il ne choque plus personne au bout d'un moment. Il permet même bizarrement de faire un parallèle avec notre propre monde dans le sens où toutes sortes d'animaux très divers se côtoient sans souci majeur et n'ont pas forcément l'attitude qui va avec leur physique. Par exemple, le gorille se montre très timide et romantique alors que la souris représente un peu l'incarnation de Frank Sinatra, un personnage toujours très élégant à la voix suave, mais qui ne manque pas d'air ni de souffle malgré sa petite taille. De même, l'éléphante se retrouve transie de trac au moment de passer le casting alors que ce n'est pas vraiment l'image que l'on a de cet animal.

Côté casting de voix, le moins que l'on puisse dire, c'est que la version française, tout comme la version originale, n'a pas lésiné sur les stars. Et le vrai point positif, c'est que l'on a droit un peu aux deux versions puisque les chansons n'ont fort heureusement pas été doublées en français. En outre, comme précédemment évoqué, nous avons droit à une pléiade de chansons très connues allant d'Elton John à Katy Perry en passant par Lady Gaga ou encore Seal. Bref, de quoi ravir tout fan de musique qui se respecte. Et pour les chansons qu'on n'apprécie que moyennement, pas de panique, elles ne sont que rarement chantées en entier. Que demander de mieux ?

Pour en revenir aux voix en elles-mêmes, le choix a semblé se porter nettement sur des artistes complémentaires mais très étiquetés TF1, voire carrément The Voice. Tout d'abord, aux côtés de Laurent Gerra et de Patrick Bruel étonnants de drôlerie, et ce dernier interprétant ironiquement le seul personnage qui ne chante pas, nous avons Jenifer, qui double le personnage de Rosita, un cochon mère de famille très nombreuse qui rêve en secret de percer dans le chanson mais que personne n'écoute. Puis, nous avons Elodie Martelet et Sacha Perez, encore inconnus du très grand public, sauf pour les amateurs du célèbre télé-crochet du samedi soir, qui doublent respectivement Ash, une femelle porc-épic très rock, et Johnny, le fameux gorille au cœur tendre. La première a entre autres participé à la saison 3 de The Voice et à la comédie musicale Résiste, tandis qu'on a pu apercevoir le second dans la saison 5 de la même émission, qui plus est avec le même coach, à savoir Mika, et non pas Jenifer, comme on aurait pu naturellement l'imaginer au départ.

A titre de comparaison, il est vrai que la version originale américaine donne encore plus le tournis questions grands noms du cinéma. On retrouve notamment Matthew McConaughey, le seul à ne pas chanter, Reese Witherspoon, Taron Egerton, Scarlett Johansson ou encore Jennifer Hudson, qui, eux, chantent tous avec leur propre voix. A noter que les Américains ont préféré choisir des acteurs sachant chanter plutôt que l'inverse, contrairement aux Français. De plus, il n'aurait pas forcément été utile de prendre des chanteurs puisque les chansons ne sont pas doublées, probablement, en partie, en raison de la sortie de l'album regroupant les titres présents dans le film qui se doivent de correspondre à ce que l'on a vu au cinéma. Le tout reste très agréable à suivre, bien que peut-être un peu long pour les plus petits.

Comme nous l'avons également déjà abordé, il est assez facile pour les plus grands de s'identifier aux personnages et de faire un parallèle pas si futile avec le monde qui nous entoure. Ils ont simplement eu l'idée ingénieuse de fournir une âme humaine à tous ces animaux, ce qui n'est pas nouveau, mais c'est fait de manière intelligente. Ils sont donc comme nous, avec uniquement des physiques encore plus divers qui rendent leur univers encore plus enrichissant et prônant une vraie tolérance. Pour le reste, par contre, on retrouve bien également les travers de l'être humain qui peut se montrer sans pitié, un peu à l'image du monde animal réel, avec toutefois une once d'humanité en plus. Il y a donc à la fois un parallèle évident et un paradoxe entre la nature animale et le côté humain, qui parfois ne l'est pas vraiment.

Tout cela apporte évidemment un effet comique non négligeable car chaque animal peut être facilement comparé à certaines personnes dans la vie réelle et les situations qu'on leur fait vivre, plus cocasses les unes que les autres, sont indéniablement très drôles. Mais cela permet peut-être aussi aux plus jeunes d'assimiler la véritable indulgence et la définition même du talent, qui ne passe pas toujours par un physique dit avantageux. Le fait d'avoir utilisé toutes sortes d'animaux nous aide à réaliser qu'il ne faut pas se fier aux apparences et que notre physique, bien qu'il puisse être un atout, ne représente vraiment pas la valeur d'un être, humain ou non.

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Films
Note rédaction
Pour son troisième film, Stéphane Robelin retrouve Pierre Richard, qu'il avait déjà...
10j | 0 | 640
| Films
Note rédaction
A la fin du XVIIIe siècle, Belle s'ennuie dans un petit village isolé en France et elle trouve refuge dans...
20j | 0 | 1082
| Films
Note rédaction
Ce portrait en quatre actes d'une seule et même personne, à savoir une jeune femme en proie à de...
26j | 0 | 807
| Films
Note rédaction
Adepte de scénarios forts mais relativement intimistes, la trop rare Emmanuelle Cuau nous propose ici un film simple...
26j | 0 | 746
| Films
Note rédaction
Ce nouveau film d'animation DreamWorks va certainement plaire aux petits et aux grands grâce à des...
28j | 0 | 675
| Films
Note rédaction
Un nouveau film de Claude Lelouch est toujours un événement, et ce, depuis ses débuts avec notamment...
32j | 0 | 703
| Films
Note rédaction
Ben est victime d'un grave accident terriblement bête et se retrouve tétraplégique...
33j | 0 | 815
| Films
Note rédaction
Miss Sloane, lobbyiste redoutable, s'engage dans une guerre sans merci pour influencer des sénateurs...
34j | 0 | 829
| Films
Note rédaction
Pour son premier long métrage, le Québécois Yan England n'y va pas par quatre chemins et aborde sans...
39j | 0 | 824
| Films
Note rédaction
Pour sa première réalisation, Nicolas Bedos impressionne par la construction et l'énergie d'un...
39j | 0 | 829

A lire également

| Films
Note rédaction
Pour son troisième film, Stéphane Robelin retrouve Pierre Richard, qu'il avait déjà...
10j | 0 | 640
| Disques
Note rédaction
Dix ans après son dernier album et encerclé par la fervente section du groupe de rock Carré Blanc,...
13j | 0 | 753
| Disques
Note rédaction
Après des réorchestrations personnelles, puis orientales, la chanteuse reprend les chansons de Serge...
17j | 0 | 1028
| Films
Note rédaction
A la fin du XVIIIe siècle, Belle s'ennuie dans un petit village isolé en France et elle trouve refuge dans...
20j | 0 | 1082
| Films
Note rédaction
Ce portrait en quatre actes d'une seule et même personne, à savoir une jeune femme en proie à de...
26j | 0 | 807
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Orange RockCorps
| Musique
1379j | 0 | 869
GreenShape
| Musique
2014j | 0 | 1013
Tom Frager
| Musique
1820j | 1 | 2188
Karen Brunon
| Musique
917j | 0 | 2119
Delta
| Musique
130j | 0 | 1007

Page générée en 0.462 secondes.