59 passionnés en ligne
Critique
"Un profil pour deux" : un souffle de fraîcheur léger mais agréable
Paru le 14/04/2017 (mis à jour à 13:03:19)
Note rédaction
Note internautes

Pour son troisième film, Stéphane Robelin retrouve Pierre Richard, qu'il avait déjà dirigé dans Et si on vivait tous ensemble ? , en 2012. Une histoire de contrastes entre ancienneté et modernité et de bons sentiments jeunes et moins jeunes, mais toujours avec une certaine candeur en dépit d'un scénario assez prévisible.

Paris et Bruxelles, de nos jours. Alex (Yaniss Lespert) est un jeune homme fier d'avoir enfin publié sa première nouvelle. Au milieu de sa soirée de célébration, il rencontre Juliette (Stéphanie Crayencour), assez mal en point après un léger excès d'alcool. Gentleman, il quitte le bar et la ramène chez elle. Une histoire débute entre eux, mais sans autre chose que son ambition d'écrivain en poche, Alex se voit obligé de vivre avec Juliette chez la mère de celle-ci (Stéphane Bissot). Ne le voyant pas avancer, elle décide un jour de lui proposer un job qui va changer sa vie, mais il ne le sait pas encore.

Elle lui demande de donner des cours d'informatique, ou plus précisément d'Internet, à son père, Pierre (Pierre Richard), le grand-père de Juliette, âgé de 79 ans. Toutefois, celui-ci étant encore en froid avec sa petite-fille depuis qu'elle s'est séparée de son ex-petit-ami qu'il adorait, personne ne lui apprend qui est en réalité Alex afin de ne pas le braquer ou le froisser. Toujours alerte mais vivant un peu en ermite depuis le décès de sa femme deux ans auparavant, Pierre ne voit pas vraiment d'intérêt à savoir se servir d'un ordinateur à son âge, mais il va vite en découvrir les bienfaits, et ce, à l'insu d'Alex. Sans réelle arrière-pensée, il parvient à s'inscrire sur un site de rencontres mais se fait passer pour son jeune professeur de 33 ans. C'est alors qu'il se met à discuter avec Flora (Fanny Valette), une jeune femme belge d'une trentaine d'années elle aussi.

Attiré par elle mais ne pouvant à l'évidence pas la rencontrer de visu, son idée se retourne contre lui quand il se voit dans l'obligation de demander à Alex d'aller la voir pour lui à Bruxelles, ne sachant toujours pas que ce dernier sort en fait avec sa petite-fille. Mis devant le fait accompli, Alex accepte par dépit et joue son rôle à la perfection, peut-être même un peu trop... S'ensuit alors une série de quiproquos et de scènes plus cocasses les unes que les autres menant à une histoire assez peu réaliste, si on y réfléchit bien, mais pleine de fraîcheur et finalement agréable à suivre.

Très honnêtement, le premier élément qui donne envie d'aller voir ce film, c'est la présence de plus en plus rare de Pierre Richard, bientôt 83 printemps, spécialiste des comédies s'il en est. Sans lui, pas sûr que le grand public soit intéressé, mais toujours est-il que ça fait du bien de le revoir, en pleine forme qui plus est. Avec lui, c'est un peu comme si on retrouvait un ambiance familière et familiale, quelqu'un avec qui on se sent à l'aise, comme une habitude ancienne et bien ancrée qu'on ne voudrait oublier pour rien au monde, même si elle semble quelque peu désuète. L'autre point positif, c'est qu'on est ici loin de ses rôles du maladroit malheureux de La chèvre ou de l'éternel personnage dont on se moque allègrement. Non, pour une fois, et heureusement, il s'agit d'un rôle qui fait rire et pas forcément dont on rit et, ne serait-ce que pour ça, ce film vaut le détour.

Les autres acteurs, bien moins connus, ne sont pas en reste en dépit de leur manque de notoriété. Les filles, notamment, tirent joyeusement leur épingle du jeu. Fanny Valette, jeune actrice de 30 ans, n'avait jusque-là tenu que des seconds rôles, à l'image du film La traversée en 2012, dans lequel elle partageait l'affiche avec un Michaël Youn étonnant pour son premier rôle dramatique, ou des séries Une chance de trop et Accusé en 2015. Stéphanie Crayencour, quant à elle, n'est pas une parfaite inconnue. Petite nièce de la romancière Marguerite Yourcenar, elle a participé, entre autres, à des comédies telles que Bienvenue à Marly-Gomont, Faut pas lui dire ou encore au dernier opus des Visiteurs.

Le jeune Yaniss Lespert, 27 ans, aperçu dans la série à succès Fais pas ci, fais pas ça durant neuf ans et jeune frère de l'acteur et réalisateur Jalil Lespert, démontre lui aussi tout son talent, même si, il faut bien l'avouer, ce rôle ne va pas totalement à l'encontre de celui qu'il avait dans la série et qui l'a fait connaître. On est loin du contre-emploi, qui semble toujours "installer" un acteur dans le fauteuil confortable et sérieux d'un savoir-faire indiscutable, mais on ne peut nier chez lui une certaine aptitude à dépeindre le cliché de "l'adulescent" qui attend que le temps passe au lieu de l'attraper au vol, ce que ne peut évidemment plus faire le personnage de Pierre.

C'est une des raisons pour lesquelles la relation entre Pierre et Alex est un des points-clés de la réussite de ce film. Ils sont un peu à l'opposé. L'un est âgé mais un peu espiègle et toujours en quête de vie, tandis que l'autre se montre relativement passif et fainéant malgré sa jeunesse. Paradoxalement, c'est justement ce qui rend leur duo intéressant. Le jeune Alex a besoin de comprendre que sa vie ne l'attendra pas et qu'il lui faut saisir les opportunités qui s'offrent à lui, quitte à forcer le destin, alors que Pierre souhaiterait pouvoir encore en saisir mais réalise peu à peu qu'il n'en a plus vraiment la possibilité. En prenant la place du jeune homme, c'est un peu comme s'il vivait une seconde jeunesse pour croire à nouveau en l'amour, même illusoire et bien qu'il sache que c'est en fait totalement utopique.

Loin d'être un chef-d'oeuvre inoubliable, ce film, tout en douceur et plus profond qu'il en a l'air, a au moins le mérite de nous faire passer un bon moment et de jouer sur des contrastes que nous connaissons tous. Nous avons tous dans notre famille quelqu'un qui ne comprend rien à Internet, à qui on a du mal à l'expliquer tellement cela paraît naturel pour nous ou qui se laisse aller, par dépit ou par manque d'envie, et à qui on voudrait expliquer que la vie vaut la peine d'être vécue si on s'en donne les moyens. C'est un peu le message caché derrière ce scénario relativement léger : l'âge n'est pas forcément un indicateur de jeunesse d'esprit ou de fougue, bien au contraire. Fasciné par les personnes âgées, comme le montrent ses deux derniers films, Stéphane Robelin ne tarit pas d'éloges sur ceux-ci, allant jusqu'à les qualifier de héros. En l'occurrence, ici, un héros pas toujours très moderne, soit, mais qui tente tant bien que mal de s'adapter à ce monde qui semble être pour lui comme un univers parallèle dans lequel il a du mal à évoluer alors qu'il est lui-même paradoxalement plus évolué que la plupart des jeunes qu'il rencontre. 

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Films
Note rédaction
Jack Sparrow se joint au fils Turner et à Carina Smyth pour retrouver le trident de Poséïdon et ainsi...
18j | 0 | 710
| Films
Note rédaction
Soyez honnêtes, si un(e) ami(e) vous propre un film coréen (sud-coréen, bien sûr, il est presque...
46j | 0 | 1391
| Films
Note rédaction
Bon nombre de films ont évoqué la fuite de gens persécutés durant la Seconde Guerre mondiale,...
50j | 0 | 1413
| Films
Note rédaction
Soyons clairs dès le départ : ce film n'est pas un film d'horreur à proprement parler. On...
52j | 0 | 829
| Films
Note rédaction
"Encore un film sur l'Holocauste ?" "Il y a eu d'autres événements pendant cette...
52j | 0 | 831
| Films
Note rédaction
Cinq ans après un premier passage réussi derrière la caméra avec Paris à tout prix, Reem...
53j | 0 | 836
| Films
Note rédaction
Plus de 20 ans après Delphine 1, Yvan 0 et après le succès mitigé de Bis, sorti en 2015,...
59j | 0 | 854
| Films
Note rédaction
A la fin du XVIIIe siècle, Belle s'ennuie dans un petit village isolé en France et elle trouve refuge dans...
81j | 0 | 1400
| Films
Note rédaction
Ce portrait en quatre actes d'une seule et même personne, à savoir une jeune femme en proie à de...
87j | 0 | 1013
| Films
Note rédaction
Adepte de scénarios forts mais relativement intimistes, la trop rare Emmanuelle Cuau nous propose ici un film simple...
87j | 0 | 904

A lire également

| Disques
Note rédaction
L'ambassadeur français de la bossa-nova s’offre une nouvelle escapade chaloupée avec un nouveau...
17j | 0 | 833
| Spectacles
Note rédaction
C'est la belle surprise de cette saison estivale : Le Jardin d'Alphonse, la nouvelle pièce de Didier...
18j | 0 | 993
| Films
Note rédaction
Jack Sparrow se joint au fils Turner et à Carina Smyth pour retrouver le trident de Poséïdon et ainsi...
18j | 0 | 710
| Disques
Note rédaction
Trois ans après son coup d'éclat en s’aventurant sans aucune anicroche dans le répertoire...
18j | 0 | 809
| Disques
Note rédaction
Avec Turn up the quiet, Diana Krall arpente avec grâce les allées intimidantes de son répertoire de...
38j | 0 | 1696
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
La Fille d'Octobre
| Musique
3021j | 5 | 2507
Amélie
| Musique
3392j | 2 | 1028
Quentin Mosimann
| Musique
2469j | 0 | 2114
Michèle Fitoussi
| Littérature
982j | 0 | 1804
Davide Esposito
| Musique
620j | 0 | 1695

Page générée en 0.429 secondes.