24 passionnés en ligne
Interview
Interview de Kareen Antonn
Paru le 29/10/2007 à 16:31

Kareen Antonn, bonjour et merci de vous prêter au jeu de l'interview pour PTiTBlog. Nous allons ensemble retracer votre parcours et parler de votre nouvel album. Allons-y !

Vous êtes donc chanteuse et danseuse, d'origine grecque et espagnole. Vous avez démarré votre carrière en jouant dans plusieurs courts et moyens métrages.

Vous souhaitiez devenir comédienne ?

La comédie est, comme la danse, une discipline que j'ai apprise en même temps que la musique. Lorsque j'étais plus jeune mes envies artistiques étaient assez confuses car nombreuses. En réalité la musique m'a rattrappé mais j'aimerai beaucoup pouvoir un jour faire partie des rares chanteurs qui ont prouvé que nous pouvions également être de bons acteurs.

A l'âge de 16 ans, vous vous produisez dans des cabarets et êtes meneuse de revue dans un music hall. Quels souvenirs gardez-vous de ces années strass et paillettes ?

Je garde un souvenir des strass et paillettes absolument magique. Le regard du public lorsque vous êtes sur scène vous donne l'impression d'être une créature venue d'ailleurs. Cela fait rêver les gens, je pense que c'est la base de notre métier.

En 1999, vous intégrez la formation du Wamdue Project et le titre « King of my Castle » caracole en tête des charts du monde entier. Vous rencontrez à la même époque votre producteur. C'est le début de la gloire ?

Au moment du Wamdue project, la gloire n'a pas été palpable. Il s'agissait d'un concept précis dans lequel la chanteuse n'était pas visible. Par contre j'ai fais grâce à cela beaucoup de scènes dans plusieurs pays du monde et c'était une expérience unique.

En 2003, vous avez l'envie de reprendre le tube de Bonnie Tyler « Total Eclipse of the Heart », qui deviendra « Si demain ». Pourquoi cette envie en apparence osée ?

Je vais vous dire la vérité sur ce duo. Au départ ce n'en était pas un. J'avais eu l'idée de reprendre le titre "Total Eclypse of the Heart" et de l'adapter en français. C'est lorsque Bonnie a entendu le titre et l'a aimé que l'idée est soudain venue de lui proposer de me rejoindre. Concernant les défis un peu osés j'ai une petite devise : le pire qui puisse arriver c'est un refus et cela n'a jamais tué personne. J'ai eu raison de le tenter apparemment !

Bonnie Tyler accepte de chanter à vos côtés, malgré le fait qu'elle ne voulait pas reprendre une de ses propres compositions. Quelle fut votre réaction ?

J'ai su plus tard que Bonnie n'avait jamais voulu reprendre ce titre. Ma réaction fut celle qu'aurait eu n'importe quelle personne sur cette terre : j'ai été très touchée et très flattée. J'ai eu beaucoup de chance de tomber sur une artiste avec tant d'humanité et de gentillesse.

Plus de 2 millions d'exemplaires seront écoulés de ce tube planétaire. Comment avez-vous gérer ce tourbillon médiatique ?

Sur le moment je ne m'en suis pas vraiment rendue compte, tout a été tellement rapide. Nous étions à l'étranger quand le titre est passé numéro 1 pour la première fois. C'est au fil des semaines qu'on réalise et quand on essaie de faire ses courses normalement. Là les choses deviennent plus concrètes. Cependant je n'ai jamais eu de gens trop entreprenant à mon égard. Toujours des approches amicales et très agréables. On se sent profondément aimé et reconnu, c'est un sentiment qui réchauffe le coeur et que j'aimerai vraiment revivre.

L'année suivante, vous remettez ça avec la reprise de « Si tout s'arrête » (It's a heartake). Le succès est moindre. Pourquoi selon vous le public n'a pas suivi ?

Je pense que notre succès tenait en partie à un gros effet de surprise. Le retour d'une énorme star et la découverte à ses côtés d'une petite nouvelle. Les gens s'y sont donc intéressés. Honnêtement je n'étais pas pour refaire un second duo. Du moins pas tout de suite. Je pense que la production a eu les yeux plus gros que le ventre à ce moment là.

Quel souvenir garderez-vous de Bonnie Tyler ?

Je garde un souvenir de femme humaine avec un grand coeur. Le souvenir d'une femme qui m'a téléphoné en pleurant de joie pour me dire que nous étions numéro 1. Je ne pense pas que toute aurait réagi comme ça. Bonnie est une personne profondément bonne et gentille. Elle m'a beaucoup apporté et nous sommes toujours en contact, même si nos rencontres se font plus rares.

Par la suite, grâce à ce succès, vous avez envie de préparer la sortie de votre album, mais votre ancien producteur vous empêche de vous produire avec vos propres chansons pour des problèmes de contrat. Que s'est-il passé ?

C'est un sujet très compliqué à évoquer en quelques lignes. Je ne sais pas vraiment comment cette histoire a commencé ni pourquoi. L'ambiance s'est dégradée progressivement et le succès est monté à la tête de certaines personnes de mon entourage. La finalité a été désastreuse pour moi et pour le début de ma carrière. Aucune suite n'avait été prévue pour moi et j'étais en exclusivité, je ne pouvais donc plus travailler.

Comment trouve-t-on alors la force de se battre quand tout semble compromis ?

Je trouve des fois une force en moi que je n'explique pas. Je ne suis pas quelqu'un de très téméraire mais je déteste l'injustice. Je crois que c'est cette soif de liberté et de vérité qui m'a poussée à me battre. Mon public m'a aussi énormément aidée. Je ne voulais pas qu'il pense que je les laissais tomber après un tel succès. Il fallait qu'il sache et qu'il ait une suite. Cette histoite m'a vidée de mon énergie à un point que je n'aurais pas imaginé. Mais je suis prête à recommencer. Je suis obstinée quand je veux vraiment quelque chose !

Après ce douloureux épisode, votre nouvel album éponyme est finalement sorti en novembre 2006 sur Internet. Pouvez-vous nous le présenter ?

C'est une autoproduction qui a été réalisée en comité restraint. Les quelques auteurs, compositeurs et moi-même, le tout finalisé par l'arrangeur. Cet album correspond parfaitement à l'état dans lequel je me trouvais après toutes ces aventures et m'a permi de boucler la boucle pour tourner la page. Il est un peu mon analyse personnelle, grâce à lui j'ai économisé des séances de psy ! lol. On y trouve donc différents styles de musique, léger parfois, beaucoup plus profond par d'autres... C'est un premier essai dont je suis fière parce que j'ai réussi à le faire malgré tout.

Pourquoi ne bénéficie-t-il pas d'une sortie physique dans les magasins ?

La technique des mises en bacs est une choses très compliquée qui nécessite beaucoup d'investissement et de contacts médiatiques. Je n'avais ni l'un ni l'autre tout simplement.

Sur les photos qui accompagnent ce disque, vous affichez un côté très sexy et glamour. Est-ce pour affirmer votre féminité ?

Si ce n'est que les photos de cet album sont un peu sophistiquées, elles me ressemblent bien plus que la petite avec un blouson et un chien dans les bras que vous avez pu voir dans la presse. N'oubliez pas que j'ai été dans la revue ! Je suis très féminine et j'aime le glamour, le sexy subtil et suggéré. Mes récentes photos sont également très sensuelles, voir même encore plus, mais elles sont plus naturelles et ont un côté plus trash, plus rock, plus moi. Il faut du temps pour savoir se reconnaître vraiment sur une image !

Vous êtes aujourd'hui très engagée dans les combats de nombreuses associations.

Quelle est votre implication ?

Mon implication dans ces associations n'a rien d'héroique. On m'a proposé de donner ma voix pour différentes causes bien plus importantes que les royalties que cela aurait pu me rapporter. Je n'ai pas voyagé pour aller sauver les enfants d'Afrique ou construis des écoles de mes mains. J'ai juste chanté une chanson à chaque fois, c'est tellement ridicule à côté des actions humanitaires faites par certaines personnes...

Pensez-vous que la voix d'un artiste a plus d'impact pour mobiliser les gens ?

Par contre les gens du public se sentent proches des artistes qu'ils aiment et se plaisent à croire qu'ils sont toujours dans le vrai et le juste. Alors si pour sauver quelques enfants d'un cancer ou quelques sans-abris d'un trottoir il me faut chanter, je le ferai haut et fort, c'est le moins que je puisse faire et cela me plaît de donner à ma voix cette utilité supplémentaire.

Quelle est la suite pour Kareen Antonn ?

Ma suite j'aimerai bien la connaître ! lol. En fait je n'en sais rien. Je travaille sur de nouveaux titres avec différentes personnes. Je dois tout recommencer depuis le début finalement. Je dois refaire découvrir Kareen Antonn 3 ans après, plus mature, avec des envies différentes, d'autres choses à dire et à chanter. La suite je ne sais pas. Mon idéal : retrouver mon public...

Pour terminer cette interview, quelques mots pour les visiteurs de PTiTBlog ?

Pleins de bisous et de force à tous les visiteurs de PTiTblog. N'hésitez pas à venir me voir sur mon site Internet ! Merci de me faire encore exister...

Kareen Antonn, merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à nos questions. On rappelle que votre album, sobrement intitulé « Kareen Antonn », est toujours disponible via votre site officiel. Merci pour tout et bonne chance pour la suite !

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Musique
57j | 0 | 1134
| Musique
121j | 0 | 6770
| Musique
155j | 0 | 1247
| Musique
160j | 0 | 1209
| Musique
161j | 0 | 1204
| Musique
167j | 0 | 8684
| Musique
184j | 0 | 1767
| Musique
189j | 0 | 1467
| Musique
205j | 0 | 1130
| Musique
211j | 0 | 1300
| Littérature
223j | 0 | 1326
| Musique
233j | 0 | 864
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Allan Théo
| Musique
2103j | 2 | 1933
Puggy
| Musique
2453j | 1 | 1857
Shéhérazade les 1001 nuits
| Musique
2011j | 0 | 1651
Maximilien Philippe
| Musique
797j | 0 | 1979
Jane Badler
| Musique
1945j | 0 | 2256

Page générée en 0.467 secondes.