26 passionnés en ligne
Interview
Interview de Emvie
Paru le 05/10/2014 à 13:10

Jeune artiste plein de talent qu’on suit depuis quasiment le début de ses aventures, EmVie signe aujourd’hui un premier album Lights Sounds (Made in Home) disponible en téléchargement ou en version physique sur son site. Mélange de funk, d’électro et d’acoustique, l’opus fait maison est une belle surprise de fraîcheur et d’ondes positives qui donne souvent l’envie de danser. Chanteur, danseur, compositeur, graphiste…, EmVie a plus d’un tour dans son sac et nous réserve encore bien des surprises…

Bonjour EmVie. Peux-tu nous parler de ton parcours artistique avant l’aventure de ce premier album ?

J’ai commencé à apprendre à danser vers mes 17 ans et j’ai rapidement découvert que j’étais fait pour ça et c’est d’ailleurs ce qui m’a sauvé la vie. Au moment où il a fallu que je cherche du travail je me suis dit pourquoi ne pas créer ma propre musique pour danser. Tout est parti de là en fait. En 2005 j’ai commencé à faire ma propre musique à Lyon puis j’ai rencontré un producteur qui m’a fait monter à Paris, m’a permis de rencontrer des compositeurs, de commencer à écrire mes premiers textes et mettre tout ça en musique. Ce ne sont pas forcément les meilleurs souvenirs musicaux de ma vie mais je me cherchais, j’essayais, je me laissais guider, je faisais des erreurs… Cette aventure professionnelle  avec ce producteur a duré trois ans jusqu’à ce que j’arrête tout et que je commence à travailler ma propre musique.

Deux ans après je m’inscris sur Aka music et je produis mon premier single co-réalisé par Stéphane Prin qui réarrange mes chansons. Le single est un peu diffusé sur les radios locales et je produis et réalise deux clips des deux chansons de ce premier single et puis je continue à faire ma musique, à faire des singles par-ci par-là… Jusqu’à ce que je décide de faire cet album, que je m’inscrive sur My Major Company et que je rencontre mon guitariste avec lequel j’ai une affinité presque fraternelle.

Comment as-tu voulu ce premier album ? Comment l’as-tu construit ? Quelle était ton envie de départ ?

Je voulais d’abord quelque chose de positif, de groovy. Et puis il y avait aussi une idée de lumière, de rythmique, et je voulais que ce soit en rapport avec mon enfance. C’est ce que je voulais faire depuis tout petit en fait, je voulais changer le monde ! (rires) Je voulais un album qui invite à faire les choses un peu mieux, qui rende le monde un peu meilleur. Ensuite j’ai fait des recherches de musiciens car quand j’ai eu cette idée je n’avais personne, j’étais tout seul. La première rencontre avec mon guitariste était la bonne. On a travaillé ensemble à la maison et cette fois c’est moi qui prenais les décisions. Pour la première fois j’étais aux commandes et je décidais. Avant je me laissais guider parce que j’étais jeune et que je n’avais pas confiance. Ca a mené le projet à bien. On a commencé par faire toutes les musiques en six mois, c’était à chaque fois quelque chose de très intense. On commençait une musique et on la finissait, chanson après chanson. Quand on a eu terminé, j’ai fait un point sur tous les textes et j’ai enregistré pendant environ sept mois.

L’album est un mélange d’électro, de funk, d’acoustique… Comment est venue l’envie de ce genre d’arrangements qui n’est pas tout à fait la même chose que ce que tu as pu faire avant ?

La funk c’est ce que j’aime particulièrement. Ma mère m’a fait grandir avec ça, ça me parle, comme le jazz d’ailleurs. Pour ce qui est de l’électro c’est très actuel et je fais partie aussi de ce monde-là, j’aime beaucoup la house électro. Et pour l’acoustique, on m’a souvent dit à la sortie de mes concerts que ça m’allait vraiment bien et que je devrais faire un album acoustique. Je n’avais pas envie d’un album uniforme mais plutôt d’un album où on peut se balader à droite à gauche, être un peu surpris par la douceur d’un morceau acoustique puis passer à quelque chose de plus électro.

En écoutant l’album j’ai parfois pensé à Michael Jackson ou même Daft Punk, est-ce que ce sont des références assumées ?

Oui ça fait partie de mes influences mais je pourrais en donner plein d’autres. Il y en a énormément, par exemple quand je chante « It’s fresh it’s so fresh » ou encore « illusion ». J’ai repris des trucs parce que je voulais m’imprégner de ça et utiliser cet art qui a été créé par d’autres et en faire quelque chose de personnel puisque de toute façon l’art n’est qu’inspiration. J’aime beaucoup Camille aussi et je trouve que ça se ressent dans ma manière de créer des morceaux comme ‘’Le miroir’’, c’est juste des sons qui s’accordent à la mélodie et le texte. C’est original et c’est ce que j’aime.

Explique-moi le titre de l’album Lights Sounds (Made in Home).

Déjà le sous-titre est faux, ça n’existe pas en anglais Made in Home, mais j’avais envie d’utiliser cette expression qui rappelle made in China, made in Japan, pour simplement dire que ça a été fabriqué à la maison. Pour Lights Sounds c’était l’idée de faire des chansons positives, des chansons lumière, qui éclairent, même s’il n’y a pas que ça dans l’album. Il y a quelques chansons qui sont en rapport avec mon enfance pendant laquelle j’avais envie d’apporter au monde quelque chose de lumineux.

L’album s’ouvre par cette phrase : « Je ne veux plus passer à côté de tout ce qui me fait rêver ». C’est l’affirmation de ce que tu es, d’un tournant dans ta vie ?

Je m’affirme musicalement parlant pour la première fois. J’ai envie d’amener la lumière, j’aime donner aux autres, c’est ma raison d’être. C’est en donnant que je reçois. Je m’affirme à ce niveau-là car c’est ça que je veux faire et finalement quand on écoute une chanson on s’attend un peu à s’y retrouver. C’est ça l’idée d’une chanson, qu’on s’y retrouve pour pouvoir l’apprécier. Et j’ai aussi envie que les gens se disent qu’il ne faut plus passer à côté de ses rêves. Cette chanson, comme ‘’Le miroir’’, est très autobiographique.

Tu as un invité un peu spécial sur ton album en la personne de Laurent Petitguillaume. Comment s’est faite cette rencontre ?

C’est arrivé sur Aka Music avec Desireless avec qui j’ai fait un duo, ‘’Sois zen’’. Je crois qu’il a produit son album sur Aka où il a vu mon profil et m’a félicité pour mon travail. J’aimais déjà le personnage. Je suis très difficile avec la télé, je n’aime pas beaucoup ça, mais quand je le voyais pour moi c’était quelqu’un d’humain, de sincère et de franc. Il était plein d’attention envers les gens ce que je trouve assez rare en télé. C’était en fait une évidence, presque comme avec Desireless, c’était quelqu’un qui me ressemble. On s’est rencontré et il est devenu un peu mon soutien moral de tous les jours à un moment où je n’allais pas très bien. Il écrivait des textes et m’a demandé de regarder dans son cahier s’il y avait quelque chose qui pouvait m’intéresser.

A ce moment-là un compositeur m’envoie une chanson et j’ouvre la première page du cahier de Laurent et je tombe sur ‘’L’époque est moche’’. Je chante sur la chanson que je viens de recevoir et comme par magie chaque mot, chaque phrase colle parfaitement sur la musique. Puis quand je commence à travailler sur l’album, il m’aiguille, me donne des conseils et je lui demande de m’écrire quelques textes. A chaque fois c’était une demande particulière de ma part. Pour ‘’Je te ferai l’amour’’ je voulais chanter à mon futur grand amour, celui que je n’ai encore jamais vécu. ‘’Lights Sounds’’ c’était l’idée d’écrire la recette de la chanson lumière. ‘’J’veux faire un tour avec toi’’, là c’était plutôt l’idée du voyage…

Tu es danseur, tu as déjà réalisé des clips chorégraphiés. Pour toi l’association musique, visuel, danse est indispensable ?

Oui tout à fait. D’ailleurs j’espère pouvoir le mettre en œuvre correctement sur le premier single de l’album en prenant mon temps parce que mes deux premiers clips sont sympas mais ce n’est pas encore ça. C’est un gros travail car je dois m’occuper de tout : trouver un caméraman, un cadreur, trouver la personne qui va m’écouter, me suivre, trouver les danseurs, le styliste, le décor… Et puis faire le montage parce que pour l’instant j’ai besoin de contrôler mon image, je suis très difficile avec ça. Au niveau danse pour l’instant je n’ai pas encore montré ce que je voulais vraiment montrer.

Est-ce que tu vas prolonger l’aventure de l’album sur scène ?

Oui, j’ai envie de monter un show, une performance. Il y aura un concert qui va lancer l’album. J’ai énormément de travail à faire encore mais ça devrait se faire avant la fin de l’année.

Est-ce que tu te vois participer à un télé-crochet du style The Voice ou Rising Star ?

Non. Vraiment pas. Ça ne me correspond pas et je préfère y arriver par mes propres moyens. Apprendre tout seul sur le tas comme je suis en train de le faire plutôt qu’on m’apporte tout sur un plateau d’argent parce que j’aurai gagné une émission télé. Ça ne veut pas non plus dire que tout seul j’y arriverai mieux, peut-être que dans vingt ans j’en serai toujours au même point (rires). Je ne regarde pas la télé. C’est bien parce que ça permet de passer des messages mais je trouve que ce ne sont pas les bons. En revanche j’aimerais pouvoir passer ces messages qui me manquent et j’espère que je le ferai parce que c’est aussi pour ça que je fais ce métier, j’ai des choses à dire et pas qu’en musique.

Merci beaucoup EmVie d'avoir répondu à nos questions ! On rappelle que ton album Lights Sounds (Made in home) est désormais disponible sur les plateformes de téléchargement légal et en version physique sur ton site officiel !

Références :

Site internet officiel d'EmVie !
Page Facebook officielle d'EmVie  !
Compte Twitter officiel d'EmVie  !

Pour en savoir plus sur EmVie :

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Musique
58j | 0 | 1136
| Musique
122j | 0 | 6778
| Musique
156j | 0 | 1255
| Musique
161j | 0 | 1215
| Musique
162j | 0 | 1209
| Musique
168j | 0 | 8701
| Musique
185j | 0 | 1780
| Musique
190j | 0 | 1480
| Musique
206j | 0 | 1135
| Musique
212j | 0 | 1304
| Littérature
224j | 0 | 1335
| Musique
234j | 0 | 867
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
David Parienti
| Musique
1830j | 0 | 892
Tara McDonald
| Musique
1815j | 0 | 2183
Kiesza
| Musique
925j | 0 | 1527
Cassandre
| Musique
965j | 2 | 2493
Quentin Mosimann
| Musique
2835j | 7 | 2653

Page générée en 0.732 secondes.