26 passionnés en ligne
Interview
Interview de Emeli Sandé
Paru le 16/12/2016 à 10:55

Emeli Sandé vient de faire son retour dans les bacs avec un deuxième album intitulé Long Live The Angels. Forte de son succès, elle sera de retour en France le 27 mars 2017 pour un concert au Zénith de Paris.

Bonjour Emeli, ça faisait longtemps, comment te sens-tu à l'idée de revenir en Europe, Paris en particulier ?

Je me sens particulièrement excitée, ça fait du bien de revenir, spécialement à Paris, et j'avoue être très impatiente avant le concert de ce soir (ndlr: propos recueillis le 13 octobre 2016).

Tu es sur le point de sortir son deuxième album Long Live The Angels. Ressens-tu une pression particulière après l'énorme succès que tu as eu avec le premier Our version of events, sorti en 2012 ?

Non, pas vraiment ! Il y a comme une séparation entre les deux : le succès du premier était impressionnant, mais là avec ce deuxième album c'est comme si tout était à refaire, j'ai le sentiment de repartir à zéro. J'adore les chansons, j'y ai mis toute mon âme, et j'espère vraiment qu'elles plairont autant au public que j'ai eu de plaisir à les enregistrer ! (rires)

4 années se sont écoulées entre tes deux albums. Y a-t-il une raison à cela ? le processus d'écriture a été plutôt long ?

Oui ça a pris pas mal de temps ! Nous avons passé de longs mois à le promouvoir puis ensuite à le présenter en tournée. En réalité la création de mon nouvel album a duré 2 ans, j'ai adoré cette période propice à l'écriture. Prendre le temps de prendre du recul, et de savoir ce qu'on veut raconter, oui ça prend un minimum de temps.

Te souviens-tu de tes premiers pas dans le milieu de la musique ?

Oui j'écris des chansons depuis que je suis toute petite, j'avais 16 ans quand j'ai signé mon premier contrat d'artiste à Londres, j'ai toujours trouvé ça super excitant et enthousiasmant de pouvoir avoir la chance d'exprimer cette passion que j'ai depuis toujours.

Ton nouveau single "Hurts" est-il autobiographique ?

Oui, définitivement une chanson personnelle ! Je l'ai écrite avec Matthew Holmes et Philip Leigh. Philip jouait quelques accords de basse et j'étais là en mode "Baby I'm not made of stone it hurts..." et la chanson est née comme ça. La musique est venue naturellement, on a rapidement trouvé ça très cool et les mots sont ensuite venus très rapidement aussi. C'est marrant quand tu es dans un processus de création et que tout arrive aussi spontanément !

En écoutant ton nouvel album, on a une forte impression de mélancolie, de tristesse, d'injustice...

Oui c'est voulu ce côté mélancolique, il fait effectivement partie de l'album. Mais il est construit comme un combat, un message d'espoir, et à la fin j'apparais davantage comme un survivant ! L'espoir l'emporte sur le reste !

L'album est aussi influencé par tes origines zambiennes, particulièrement la chanson "Tenderly" qui met en avant ton papa et tes cousins. Tu tenais à rendre cet hommage à tes racines ?

Je suis allée en Zambie il y a 3 ans maintenant avec ma famille. Marcher sur les origines de mon père, avec ma grand-mère et toute sa famille, c'était vraiment un moment magique. Toute la famille chantait, et ce fut une expérience incroyable. Je me suis vraiment sentie connectée à mes origines zambiennes, ça a même changé ma façon de voir la vie, ma façon d'être, ce fut incroyable !

Tu es donc de retour sur les routes, et ce soir à Paris, comment te sens-tu à l'idée de présenter tes nouvelles chansons au public ?

Très excitée ! (rires) ce fut si long, et même si j'adore les anciennes chansons, je suis vraiment heureuse et impatiente de leur présenter les nouvelles. Elles sont plus proches de la femme et l'artiste que je suis devenue, et c'est toujours excitant d'avoir un vrai retour des gens. Donc même si ça peut sembler bizarre, j'adore présenter de nouvelles choses au public.

As-tu le même ressenti quand tu joues devant un public à Paris ou un public à Londres ?

Je ne pense pas que la réponse des gens soit la même ! Tu sais bien qu'en France les gens sont vraiment passionnés et qu'ils peuvent vraiment te donner beaucoup d'amour. Ailleurs, le public peut être plus calme, mais c'est toujours un plaisir de jouer, et ce soir à Paris ça promet d'être une très belle nuit ! (rires)

Dirais-tu que tu es la même personne qu'à tes débuts ?

J'espère être la même personne et ne pas avoir trop changé. En fait je pense avoir mûri au fil de mes expériences, je suis devenue une vraie adulte, donc non je ne me sens pas si différente, si ce n'est que j'ai plus d'expérience dans la vie. J'ai la chance d'être bien entourée, ça aide aussi à garder les pieds sur terre et à veiller à ce que tout aille bien.

Quelle est l'idée du titre de l'album Long Live The Angels ?

Je pense qu'il reflète un optimisme certain : l'amour triomphe toujours, le bon l'emporte toujours sur le mauvais, etc. Bien sûr ce n'est pas ce qu'il se passe réellement mais quand tu y crois très fort, et que tu te bats, les bonnes choses arrivent. C'est un peu le message, que les gens se battent plus pour les bonnes choses et moins pour les mauvaises. Pour moi ce n'est pas juste être cool et droite dans la vie, mais plus de me battre pour y arriver, y croire et ne jamais renoncer. Avoir la foi aussi bien sûr !

Sur la pochette de l'album tu portes une croix autour du cou. Crois-tu en Dieu et à quel point la foi guide ta vie et ta carrière ?

Oui je crois en Dieu, mais ma connaissance de Dieu ou de tout ce qui l'entoure est encore perfectible. Bien sûr cela influt sur ma carrière, mes choix en tant que femme, ce que je veux être, dire, ou faire. Mais j'aime avant tout les gens et même si je sens la présence de la religion partout où je vais dans le monde, c'est l'amour des gens qui me guide avant tout.

Un dernier mot pour tes fans français ou le secret de ta coiffure bien gardée ?

Alors ça c'est un mystère ! (rires) Je suis vraiment contente et excitée d'être de retour, merci pour tout votre soutien et votre patience également. J'espère que vous aimerez le nouvel album et mes nouvelles chansons.

Pour en savoir plus sur Emeli Sandé :

Vous avez la parole

La rédaction vous recommande

| Musique
89j | 0 | 1283
| Musique
153j | 0 | 7097
| Musique
187j | 0 | 1498
| Musique
193j | 0 | 1355
| Musique
199j | 0 | 9045
| Musique
216j | 0 | 1997
| Musique
221j | 0 | 1655
| Musique
237j | 0 | 1246
| Musique
243j | 0 | 1404
| Littérature
255j | 0 | 1519
| Musique
265j | 0 | 964
| Musique
278j | 0 | 1514
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Melissa Mars
| Musique
2209j | 7 | 2622
Mutine
| Musique
1852j | 1 | 5063
Saint André
| Musique
2328j | 0 | 961
Aysat
| Musique
2959j | 0 | 1070
EyeJack
| Musique
2331j | 4 | 2673

Page générée en 0.299 secondes.