26 passionnés en ligne
Interview
Interview de Sophie Delila
Paru le 12/11/2008 à 09:58

Sophie Delila est bercée depuis la plus tendre enfance par la musique, pas étonnant donc que cette chanteuse française y consacre sa vie et sorte aujourd'hui un premier album intitulé 'HOOKED' chez ULM / Universal Music. Elle vous présente son univers et retrace son parcours... c'est parti !

Bonjour Sophie et bienvenue sur votre portail. Vous venez de sortir votre premier album intitulé « Hooked », pouvez-vous nous le présenter en quelques mots ?

C’est un album très personnel et instinctif. Les chansons racontent pour la plupart des expériences et des sentiments vécus à travers des histoires d’amour et des situations de la vie quotidienne.

Pourquoi l’avoir intitulé « Hooked » ?

« Hooked » est un des titres de l’album. Je pense que c’est un titre fort, parce qu’il est passionné. Il parle d’une personne qui essaie de prouver à son partenaire qu’elle a fini de faire des bêtises mais le garçon est un peu sceptique… Elle doit faire ses preuves, et la première chose qu’elle fait est une déclaration en lui criant qu’elle est accro. L’album s’appelle ainsi parce que je pense que cette chanson reflète la couleur de l’album. Et aussi parce que j’espère que les gens en seront accros !

Vous êtes auteur compositeur interprète et productrice, si bien qu’on vous retrouve sur les 10 titres qui composent votre album. Vous aimez tout contrôler de A à Z ?

Bien sûr ! Mais pas trop. C’est pour ça que j’aime collaborer avec d’autres compositeurs, auteurs et producteurs. Pour pouvoir tout contrôler à deux, se laisser la possibilité de prendre du recul et mélanger les influences.

D’ailleurs 10 titres n’est-ce pas un peu juste pour un album ?

Je ne pense pas, ça va à l’essentiel. Toutes les chansons sont fortes et authentiques, et je pense qu’il y a un vrai fil directeur et une chronologie dans l’ordre des chansons. Personnellement, c’est le type d’albums que je préfère.

D’où vous viennent ces passions pour la musique et le chant ?

Pour la musique, depuis la naissance. Dans mon enfance, il y avait beaucoup de musique à la maison. Ma grand-mère était prof de piano et mon père est un excellent pianiste de blues/jazz et compositeur, même s’il n’en a pas fait son métier. Il avait installé un petit studio à la maison que j’ai monopolisé dès 10 ans pour commencer à écrire. Mon père avait construit une étagère immense pour sa collection de vinyles, que j’ai peu à peu commencé à écouter par moi-même. Le chant a commencé un peu plus tard, vers l’adolescence. Au départ c’était juste au feeling, jusqu'à l’école de musique, où là j’ai commencé à travailler sérieusement.

Quels souvenirs marquants gardez-vous de votre enfance à Paris, puis à New York ?

Je suis partie de Paris après mon bac, et j’étais à New York après Boston où j’ai étudié. J’ai grandi dans toutes ces villes, mais j’ai vraiment passé mon enfance à Paris. J’ai beaucoup de très bons souvenirs. J’ai eu la chance de grandir dans une famille unie sans manquer de rien. Les après-midi et les week-ends à m’enfermer dans ce home studio à expérimenter, écrire, et à décortiquer les vinyles. Plus tard, les concerts - où il m’était difficile de traîner mes copines pas trop branchées musique. D’Angelo, Rahsaan Patterson (dont Common faisait la première partie à l’époque !!), etc. J’y rencontrais toujours de super musiciens, j’adorais me faufiler en coulisses aussi. Les virées dans les magasins de musique à Pigalle. Je passais des heures à essayer les nouveaux synthés, sampleurs, guitares, etc.

Quels ont été les artistes qui ont influencé votre carrière ?

Jusqu'à présent il y en a beaucoup et ça change un peu tout le temps j’imagine. Je pense que toujours, toujours, toujours, Stevie Wonder sera mon inspiration, mon mentor. Il faut que je l’appelle pour lui dire, il sait pas. En termes de voix et d’écriture, (et de production pour beaucoup d’albums), c’est mon repère constant. Vocalement, à l’époque où j’étais à Berklee, j’ai beaucoup écouté Jill Scott, Musiq Soulchild, Lauryn Hill, Rachell Ferrell, plein de chanteuses de Jazz, Ella Fitzgerald, Billie Holiday, etc. Je suis fascinée par la performance. Ces artistes sont tous des performeurs. Il y a aussi Prince, Marvin Gaye, Aretha Franklyn, Alicia Keys, Ray Charles, etc.

J’ai lu que vous vous êtes retrouvée un jour nez à nez avec Marvin Gaye et Ray Charles venus écouter les compositions de votre papa autour de son piano, quels souvenirs gardez-vous de ce moment ?

Oui enfin pas tous les deux d’une traite quand même ! Il y a deux petites histoires. Je devais avoir 7-8 ans, et j’étais allée à un concert de Ray Charles avec mes parents, mon père étant un fan inconditionnel. Un des musiciens, un des saxophonistes, me regardait bizarrement. Il devait se demander ce que je foutais là à danser sur mon siège. Et, à la fin du concert, il est venu me voir, m’a dédicacé son anche de saxo, est allé parler à Ray Charles et lui a fait signer une photo pour moi. J’étais trop contente ! Je dois toujours avoir ces deux objets précieusement conservés quelque part. Sinon quand j’étais toute petite, je ne m’en souviens pas, mes parents s’en souviennent eux ! Marvin Gaye est venu dîner à la maison ! Un ami de mon père, qui marchait bien dans la musique, l’avait invité. Et ils avaient passé la soirée à écouter des compos de mon père. Ces fous ont même enregistré la session d’écoute ! J’aurais probablement fait pareil…

Un destin tout tracé pour vous de persévérer dans la soul musique ?

Peut-être que c’est juste la manière dont je chante. J’espère en tout cas pouvoir y apporter quelque chose de nouveau justement avec cet album qui a une couleur unique.

Vous avez composé vos premières chansons à l’âge de 10 ans, un exercice remarquable vu votre maturité. Aviez-vous le sentiment d’avoir plus de facilités que d’autres enfants de votre âge à l’époque ?

Je me le suis demandé parce que certaines personnes me le disaient. Ce n’était pas très courant, il n’y avait pas vraiment d’autres enfants qui faisaient ça dans mon école par exemple. J’avais certainement des facilités, mais je savais qu’il fallait toujours continuer à travailler.

Quelques années plus tard, vous préparez votre bac aux côtés de Qincy Jones, Keith Jarrett ou Diana Krall. On a vraiment le sentiment que tous ces grands noms ont accompagné votre ascension, quel sentiment avez-vous par rapport à cela ?

Je n’ai pas exactement passé le bac musique avec Quincy Jones !!! Quoique ça aurait été exceptionnel quand même ! En fait je suis partie étudier à Berklee College of Music après avoir passé mon bac à Paris. C’est effectivement une école qui a connu beaucoup de passage, notamment ces artistes. C’est un beau label de qualité pour cette école car ils sont exceptionnels. À part en concert (Keith Jarrett et Diana Krall), je ne les ai jamais rencontrés, j’aimerais bien. Ce sont des modèles.

Pourquoi chanter vos chansons en anglais plutôt qu’en français ?

C’est comme ça que j’ai commencé à écrire. Pour le moment je pense que c’est ce qui sonne le mieux sur le type de musique que je fais.

Vous avez sorti en 2005 un album intitulé « All Yours », entièrement autoproduit avec les moyens du bord. Etait-ce la trame de ce qui devient aujourd’hui « Hooked » ?

C’était un disque différent, je n’avais pas la même expérience qu’aujourd’hui. Si c’est la trame, logiquement oui, car je l’avais fait avec la même implication. Mais entre « All Yours » et « Hooked » j’ai appris tellement de choses et vécu tellement aussi que finalement « Hooked » va beaucoup plus au fond des choses sur tous les plans. Paroles, musique, arrangements.

A Londres vous rencontrez Steve Booker (Natalie Imbruglia, Duffy), et vous composez ensemble « Nature of the Crime », votre premier single. Qu’a-t-il apporté à votre musique ?

Beaucoup d’expérience, car il est plus âgé que moi. Avant de se réinstaller à Londres à plein temps il y a quelques années, il a beaucoup travaillé aux Etats-Unis, notamment à Los Angeles et à Nashville, des endroits où je n’ai jamais été mais que j’adorerais visiter. Donc, il a ce petit côté folk/rock que j’aime bien. Et c’est le cas avec tous les gens avec qui je travaille, il m’aide à prendre du recul.

Pouvez-vous nous présenter ce premier single ?

« Nature Of The Crime » parle de la trahison d’une manière générale, mais plus particulièrement dans un couple. Pourquoi est-on trompé et pourquoi trompe-t-on ? Pourquoi culpabilise-t-on ? Et comment s’en remettre, tourner la page. On dit en anglais « Nature of the Crime is Human ». Je pense que c’est la conclusion qu’il faut en tirer.

On a vraiment l’impression que cet album est l’aboutissement d’un long cheminement d’évolution et de recherche, il correspond pleinement à ce que vous êtes aujourd’hui ?

Oui, pleinement. Ça peut prendre du temps, je suis contente du résultat.

Votre univers oscille entre soul, gospel, rock, son urbain, … comment le définirez-vous ?

Un univers soul, mais contemporain !

Vous vous apprêtez à investir diverses scènes pour présenter vos morceaux en live, une hâte d’aller à la rencontre des gens ?

Complètement, j’adore la scène. J’ai plusieurs formations, acoustique et en groupe. En ce moment je joue au Théâtre Côté Cour à Paris, une petite salle de 70 personnes. Sans micro, sans ampli, avec mon guitariste. C’est GENIAL, parce que là, je rencontre vraiment les gens. C’est ce qui est très fort.

Comment préparez-vous vos concerts ?

Répétitions avec le groupe à Londres. Des heures et des heures à répéter, travailler des arrangements plus adaptés au live. Aussi, pour être en confiance vocalement, je fais toujours quelques exercices de routine, histoire de.

Que pourra-t-on découvrir sur scène ?

Des titres qui ne sont pas sur l’album, mon groupe qui est absolument génial, des surprises, des invités… Que du bon !

Que peut-on vous souhaiter pour la suite de votre carrière ?

De pouvoir continuer à faire de la musique et de la faire évoluer.

Pour terminer cette interview, un dernier mot pour les lecteurs de votre portail ?

Merci d’avoir lu cette interview jusqu'à cette ligne, j’espère avoir l’occasion de vous rencontrer bientôt et hâte que vous découvriez l’album ! J’espère que vous l’apprécierez. Bises à tous !

Merci beaucoup Sophie Delila d'avoir pris le temps de répondre à nos questions, on rappelle que votre premier album 'HOOKED' est disponible dans les bacs et que vous serez en concert au Nouveau Casino de Paris le 11 février 2009. Bonne continuation !

Références :

Site officiel de Sophie Delila !
MySpace officiel de Sophie Delila !

Clip de son premier single 'NATURE OF THE CRIME' :

Pour en savoir plus sur Sophie Delila :

Vous avez la parole

103 EME DES VENTES D ALBUM C EST UN ENORME BIDE LOL
ju | 21/11/2008, à 09:20
Donner votre avis sur le sujet
C EST NAZE
LOL | 12/11/2008, à 11:07
Donner votre avis sur le sujet

La rédaction vous recommande

| Musique
25j | 0 | 936
| Musique
89j | 0 | 6423
| Musique
123j | 0 | 1049
| Musique
128j | 0 | 912
| Musique
129j | 0 | 1002
| Musique
135j | 0 | 8011
| Musique
152j | 0 | 1433
| Musique
157j | 0 | 1272
| Musique
173j | 0 | 1034
| Musique
179j | 0 | 1211
| Littérature
191j | 0 | 1235
| Musique
201j | 0 | 789
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Sasha
| Musique
453j | 0 | 1261
Max Boublil
| Humour
2222j | 1 | 1430
Margaux Avril
| Musique
1329j | 0 | 1320
Stanislas
| Musique
3389j | 8 | 2398
Davide Esposito
| Musique
558j | 0 | 1500

Page générée en 0.925 secondes.