20 passionnés en ligne
Interview
Interview de Brigitte Fontaine
Paru le 08/10/2009 à 01:26

Brigitte Fontaine attend dans un restaurant parisien. Sur une île. L’été a ouvert ses bras sans prévenir, le soleil brûle les touristes qui défilent derrière la vitre. Elle fume, à l’abri des rayons. Une cigarette. Puis une autre. Valse enfumée comme éternelle. Son plaisir. Sa liberté. Elle impose d’abord le silence. Regard qui scrute le fond de l’âme. Femme aérienne dans une société manipulée par la peur et l’interdiction. Elle est là pour raconter “Prohibition”, son nouvel album, qui vient de sortir dans les bacs... rencontre en toute simplicité !

Bonjour Brigitte Fontaine et bienvenue sur votre portail. Tout va bien ?

Bonjour Mister. Tout… Il ne faut pas exagérer. Mais ça va.

Le titre de votre nouvel album est "Prohibition". Est-ce qu’on peut dire que plus qu’un titre, c’est aussi un manifeste ?

Si vous voulez, on peut, bien qu’il y ait une ou deux chansons qui ne soient ni révoltées ni rebelles. Il y a une chanson d’amour presque mystique. Autrement c’est WOUAH ! Je crois que c’était hélas très prévisible. La situation est pire qu’au XIXème siècle, et va bientôt être pire que sous l’Ancien Régime, c'est-à-dire avant la révolution française.

C’est Brigitte Fontaine qui ressort ses griffes, cet album ?

Je ressors mes griffes oui. « J’aime tes grands yeux, car ils ont une âme ». Ça veut dire que je repasse à l’attaque. Je crois qu’il y a de quoi, et que la situation est dangereuse. J’ai toujours été quelqu’un de rebelle. Il n’y a pas d’idée mais des impulsions. Je crois que je suis contre le pouvoir. Surtout quand il est abusif et liberticide.

D’où est venue l’idée de disque ?

Il n’y a pas d’idées, jamais. Je n’ai jamais d’idées, je fais ce que je sens, ce que je désire, ce qui vient. Il se trouve que c’était une grande rébellion contre tout ce qui se passe et contre tous les interdits. Ce n’est pas parce qu’en 2009 nous sommes au 60ème anniversaire de la prohibition en Amérique qu’il faut abuser.

Est-ce qu’on peut parler d’une sorte de poésie de combat ?

De combat oui. La poésie est parfois sale, elle peut être virulente, violente, elle est partout en fait. Il s’agit d’une révolte à cette race, brutale. C’est rigolo quand même.

Il y a un titre significatif sur le disque, c’est le duo avec Philippe Catherine « Partir ou rester ».

J’ai écrit ce texte le lendemain des élections présidentielles. Moi je dis qu’il faut se casser, que ce n’est pas possible. Lui dit qu’il faut rester, qu’on va descendre dans la rue lutter contre le Lustucru.

Il faudrait expliquer aux gens qui n’ont pas encore écouté le disque pourquoi cette prohibition, on ne peut plus fumer…

On ne peut pas être sans papier, on ne peut pas parler d’alcool, fumer, on ne peut pas parler, c’est tout juste si on peut respirer. Peut-être que respirer sera aussi prohibé, parce que ça pourrait contribuer au réchauffement climatique… Dans ce disque, il est aussi plusieurs fois question des conditions carcérales qui sont inadmissibles en France. De toute façon je suis contre les prisons, qu’ils trouvent une autre solution, cela n’en est pas une. Les femmes dans les harems, qui existent encore un peu, sont comme en prison. Grelot et fer aux pieds…

Qu’est-ce que vous comprendriez si je vous disais que dans l’image que l’on a de Brigitte Fontaine de l’extérieur, on ne s’attend pas forcément à quelque chose de si « radical » ? On vous associe plus souvent à la fantaisie et à la poésie qu’au radicalisme.

L’un n’empêche pas l’autre, la preuve. Si on remonte à bien plus loin, il y a l’album « Comme à la radio », il y a plusieurs choses plus tard dans « Vous et Nous ». Il y a l’histoire du voile à l’école dans « Rue St Louis en l’île». Mais c’était surtout dans « Comme à la radio ».

Il y a un rapport au sacré et à l’Islam dans le morceau « Soufi »...

Oui, les Soufi existaient depuis la nuit des temps, avant l’Islam. Quand ils ont connu le Coran, ils se sont dit que c’était la chose la plus correcte. Ils existaient bien avant.

Il me semble que sur ce morceau, quelqu’un chante avec vous.

Et bien oui ! Je suis très contente parce que je l’aime beaucoup, c’est Grace Jones. Elle a voulu chanter ce morceau avec moi, j’en ai été ravie. On s’est rencontré, elle m’a dit « je te fais tout ce que tu veux ». Je lui ai demandé de choisir une des chansons pour qu’on fasse un duo. Elle a choisi « Soufi ». D’autre part, elle a fait des choeurs, très gentiment sans que je le lui demande, sur plusieurs morceaux.

Est-ce qu’on peut dire que cet album est plus viscéral, plus animal ?

Il est très animal, oui. Viscéral, je n’aime pas beaucoup les viscères… Je préfère le mystère. Tout est mystère.

Est-ce qu’on peut parler un peu de la cigarette, c’est devenu un combat pour la liberté ?

Oui je trouve ça vraiment honteux et sadique dans certains cas. Les cigarettes, ça leur rapporte du blé, tout le monde le sait, en même temps, ils interdisent de fumer. Il faut faire des provisions parce que bientôt il n’y aura plus de cigarettes. Je ne sais pas comment ils feront pour le fric… C’est une honte de ne pas pouvoir fumer dans les bars. C’est honteux, on attrape la crève ou la fumée des pots d’échappement. C’est aussi de la pollution, pire que la cigarette non ?

Est-ce qu’on pourra fumer à vos concerts ?

Les gens ont toujours fumé dans mes concerts, jusqu’à cette loi, quand ils sont debouts devant, ils fumaient. Ça ne me gênait pas, un peu pour la voix, mais je n’aurais jamais pensé à leur demander de ne pas fumer.

Il y a un thème difficile qui est très bien abordé, dans l’extrait « Prohibition », c’est la vieillesse.

Oui, la vieillerie, c’est interdit aussi. Il faut être jeune. Les vieux sont traités comme des chiens. C’est une honte dans cette société. Il y a d’autres sociétés où les vieux sont considérés comme des trésors, remplis d’acquis d’histoire, de savoir… Ils sont très respectés. Ici et dans bien des pays, ils sont jetés aux orties.

Est-ce inconsciemment une peur d’être rejetée ou isolée ?

Je me démerderai, ne vous inquiétez pas.

Il y a quelque chose d’assez frappant dans le disque, c’est que même si vous parlez de choses fortes, il y a très peu de slogans. Il y a plus de poésie.

Il y a un slogan que j’espère tout le monde connait « La propriété c’est le vol ». Je me suis aperçue que peu de gens maintenant connaissent ce slogan. Je croyais que c’était très connu, c’est pourquoi je l’ai mis. A part ce slogan, il y a « Je suis vieille et je vous encule ». Avec mon look de libellule…

Je sais que vous détestez quand on vous dit que vos chansons sont des chansons expérimentales.

Ça n’a jamais été expérimental, j’ai horreur de ce mot, de cette notion et de cette réalité. Ça n’a rien à voir avec moi, ce n’est pas du tout expérimental. Je suis différente, oui, je colle avec mon époque. Certains disent depuis très longtemps que je suis « d’avant-garde », bon… Je n’ai jamais trouvé que c’était d’avant-garde, j’ai trouvé que je coïncidais avec les différentes époques que j’ai traversées.

Dans le disque, vous vous en prenez au retour de la morale un peu idiote, aux interdictions, mais aussi au soleil dans « Il s’en passe »…

J’ai peur du soleil, j’ai la phobie du soleil, je le déteste. La pauvre fille est complètement exaspérée, désespérée, elle téléphone à son mec en lui disant « Viens me chercher, je n’en peux plus ». Les boissons fraiches, les touristes bronzés qui se font encore plus bronzer, ça l’épouvante.

Vous allez partir en tournée avec ce disque ?

J’ai des dates, je vais répéter tout à l’heure. Ma première date est dans 4 jours, dans une résidence en banlieue, je joue pour la première fois ce disque.

Un peu stressée ?

Comme je suis très paresseuse, je n’ai pas vraiment appris mes textes, je n’ai répété que deux fois pour l’instant… Je suis un peu stressée oui.

Quelque mots à nous dire sur la récente collaboration avec Matthieu Chedid ?

Il m’a demandé des textes, il en a eu ! Il a eu ce qu’il voulait. Je l’aime beaucoup, je suis contente, ça marche beaucoup, Mathieu est adorable et c’est un merveilleux guitariste.

Quand vous contemplez votre passé, comment estimez-vous votre vie jusque là ?

Je n’en ai aucune idée. Je ne pense jamais à des trucs comme ça, j’avance, je fonce. Je n’ai aucune idée sur qu’est ce qu’est ma vie ; d’ailleurs, si j’y pense, ça me fait peur. Alors je ne préfère pas.

Pas de désir de statue…

Jamais. Ni que mes textes soient étudiés dans les écoles. Ou mes livres.

Un dernier mot à ajouter sur « Prohibition » ?

Qu’ils retournent sucer leur glace en enfer.

Au revoir Brigitte.

Au revoir.

Merci beaucoup Brigitte Fontaine d'avoir pris le temps de répondre à nos questions, on rappelle que votre nouvel album "Prohibition" est dans les bacs et que vous êtes actuellement en tournée dans toute la France. Merci pour votre franchise ! (Propos recueillis par Jérôme Reijasse pour tele-vision.fr)

Références :

Site officiel de Brigitte Fontaine !

Teaser de son nouveau single 'Prohibition' :

Pour en savoir plus sur Brigitte Fontaine :

Vous avez la parole

Rectif "Avec cette chanteuse on s'attend toujours"....
Rudy | 02/04/2010, à 16:49
Donner votre avis sur le sujet
Avec cette artiste on s'attendant toujours à des réponses non-conventionnelles et c'est en ça qu'on reconnait (que l'on apprécie ou non) les vrais artistes. Celles et ceux qui ne se prennent pas la tête.
rudy | 02/04/2010, à 16:48
Donner votre avis sur le sujet

La rédaction vous recommande

| Musique
32j | 0 | 981
| Musique
96j | 0 | 6471
| Musique
130j | 0 | 1081
| Musique
135j | 0 | 943
| Musique
136j | 0 | 1032
| Musique
142j | 0 | 8106
| Musique
159j | 0 | 1484
| Musique
164j | 0 | 1303
| Musique
180j | 0 | 1056
| Musique
186j | 0 | 1237
| Littérature
198j | 0 | 1261
| Musique
208j | 0 | 812
Buzz culturel
LE COIN DES INTERVIEWS
Ramon Mirabet
| Musique
1427j | 0 | 1542
Patricia Kaas
| Musique
3058j | 8 | 3101
Guillaume Grand
| Musique
2328j | 0 | 1115
Hélène Ségara
| Musique
829j | 0 | 5052
Mélissa M
| Musique
2974j | 2 | 4993

Page générée en 0.438 secondes.